L'Allemagne légalise le cannabis à usage thérapeutique

  • A
  • A
L'Allemagne légalise le cannabis à usage thérapeutique
La possession de cannabis reste interdit par la loi allemande. @ PEDRO PARDO / AFP
Partagez sur :

Les médecins allemands pourront désormais prescrire du cannabis à leurs patients souffrant de "pathologies graves". 

Les députés allemands ont légalisé jeudi à l'unanimité l'usage du cannabis à des fins thérapeutiques pour des patients atteints de maladies "graves", comme certains cancers, et en l'absence de "thérapie alternative" efficace. L'Allemagne rejoint ainsi les rangs des pays européens qui ont légalisé des produits à base de cannabis : l'Autriche, la Grande-Bretagne, la République tchèque, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie, l'Espagne, la Croatie et la Macédoine.

Pour les patients souffrant de "pathologies graves." Avec la loi votée par le Bundestag, la chambre basse du Parlement, les médecins pourront désormais prescrire du cannabis à leurs patients souffrant de "pathologies graves" - cancers, épilepsie, sclérose en plaque - et ne pouvant bénéficier de "thérapies alternatives". 

Les patients allemands pourront se procurer dans les pharmacies et sur ordonnance de l'extrait de cannabis ou des fleurs séchées. Certains pourront aussi commander à l'étranger des dérivés synthétiques du cannabis, comme le dronabinol. Le texte, qui prévoit la prise en charge des frais par les caisses d'assurance maladie, entrera en vigueur en mars.

Le cannabis récréatif toujours interdit. Le député Rainer Hayek, membre du parti conservateur CDU de la chancelière Angela Merkel, a insisté sur le fait que ce texte n'allait pas permettre "de fumer des joints sur ordonnance" et ne signifiait pas non plus une légalisation du cannabis récréatif.

La loi n'autorise en effet pas les patients à cultiver leur propre cannabis et elle rappelle qu'une telle pratique est contraire à la loi sur les stupéfiants en vigueur en Allemagne, où la possession de cannabis est interdite. De fait, la détention de petites doses est toutefois tolérée, les quantités acceptées variant suivant les Etats régionaux.