L'aide humanitaire est entrée à Madaya, ville syrienne assiégée

  • A
  • A
L'aide humanitaire est entrée à Madaya, ville syrienne assiégée
@ LOUAI BESHARA / AFP
Partagez sur :

Les premiers camions remplis de nourriture, de médicaments et de couvertures ont pénétré lundi à Madaya, ville syrienne assiégée depuis six mois par l'armée et dont la population souffre de famine. "Deux camions transportant de la nourriture et deux autres remplis de couverture sont entrés vers 17h à Madaya", a annoncé un responsable du Croissant rouge syrien (SARC).

Une famine meurtrière. Au même moment, trois camions entraient à Foua et trois autres à Kafraya, deux localités chiites encerclées par les rebelles à plus de 300 km de Damas dans la province d'Idleb. L'arrivée de l'aide était attendue avec impatience par les 42.000 habitants de Madaya, situé à 40 km à l'ouest de Damas. Des informations sur une famine dans la ville avaient provoqué un tollé international et poussé le régime à y autoriser l'accès. Médecins sans frontières a fait état de 28 personnes mortes de faim depuis le 1er décembre.

Situation humanitaire dramatique. "Depuis 15 jours, nous ne mangeons que de la soupe. J'ai vu de mes propres yeux un jeune homme tuer des chats et présenter aux membres de sa famille la chair comme étant de la viande de lapin", a témoigné Hiba Abdel Rahmane, une jeune fille de 17 ans. "Il y a des gens qui se nourrissent dans les poubelles et d'autres qui ne mangent que de l'herbe. Nous avons demandé aux hommes armés de la nourriture mais ils ont refusé de nous en donner", a-t-elle ajouté. "Il n'y a ni électricité, ni chauffage, ni nourriture", a renchéri Ali Issa, âgé de 61 ans et père de huit enfants. "Une dizaines d'habitants vont pouvoir quitter la ville ce soir", a indiqué un responsable du Croissant rouge.

De la nourriture et des médicaments. Portant le sigle de l'organisation humanitaire, une cinquantaine de camions avaient pris dans la matinée à Damas la route de Madaya tandis que 21 autres se dirigeaient vers Foua et Kafraya. Une tette opération a été extrêmement complexe à organiser entre les différents acteurs syriens et internationaux concernés. Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU a fait parvenir de la nourriture, notamment du lait pour enfants, tandis que le CICR fournissait des médicaments en quantité suffisante pour trois mois ainsi que du matériel chirurgical pour soigner les blessés et des couvertures.

Le monde a les yeux rivés sur Madaya. Ces derniers jours, les réseaux sociaux avaient diffusé des photos et vidéos montrant des enfants décharnés à Madaya. Mais les partisans du régime ont nié la gravité de la situation en affirmant qu'il s'agissait de photos truquées. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), la situation était moins dramatique à Foua et Kafraya, situées à plus de 300 km de Damas, car l'aviation du régime a pu y larguer de la nourriture. La dernière fois que des convois humanitaires avaient pu atteindre ces villes remontait au 18 octobre, à la suite d'un accord entre les belligérants.