La Russie remet en cause la conquête de la Lune

  • A
  • A
La Russie remet en cause la conquête de la Lune
@ NASA / AFP
Partagez sur :

En riposte aux investigations de la justice américaine sur la Fifa, la Russie envisage d’ouvrir une enquête sur les alunissages entre 1969 et 1972.

Les premiers pas de l’homme sur la Lune, le 21 juillet 1969, la Russie n’y croit pas. Moscou envisagerait de lancer une enquête sur tous les alunissages menés par les États-Unis entre 1969 et 1972, selon un article du Moscow Times. Une initiative surprenante qu’un représentant russe a justifiée comme une réponse aux investigations de la justice américaine sur la Fifa.

"Les autorités américaines ont franchi une ligne". Des soupçons de corruption pèsent notamment sur les conditions d’attribution du Mondial 2018, qui aura lieu en Russie. "Les autorités américaines ont franchi une ligne en lançant des accusations de corruption visant neuf officiels de la Fifa", écrit le quotidien russe. La riposte du pays de Vladimir Poutine n'aura donc pas tardé.

Des bandes originales disparues. Dans le collimateur des enquêteurs russes : la disparition d’enregistrements de l’équipage d’Apollo 11. La Nasa avait admis en 2009 avoir supprimé les bandes originales de l’alunissage de l’équipage de Neil Armstrong pour "des raisons d’économie". Un lot de 200.000 cassettes, comprenant le célèbre "petit pas pour l’homme et grand pas pour l’humanité", avait ainsi été effacé. L’agence spatiale américaine affirme toutefois avoir copié des enregistrements de l’alunissage grâce notamment à des archives de la chaîne de télévision CBS News.

"Révéler ce qui est arrivé". "Nous ne soutenons pas qu'ils n'ont pas volé (sur la Lune), et que tout a été tourné dans un studio. Mais tous les artefacts scientifiques - ou culturels - font partie de l'héritage de l'humanité et leur disparition sans laisser de trace est une perte commune. Une enquête va révéler ce qui est arrivé", a expliqué Vladimir Markin, porte-parole du Comité d'enquête de la Russie, dans une tribune publiée par le journal russe Izvestia. Reste à savoir comment les enquêteurs russes remettront en cause, 46 ans après, cet évènement historique.