La réponse d'Amnesty International à Ségolène Royal : à Cuba, "il y a eu 620 arrestations" en octobre

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'ONG réfute les propos de Ségolène Royal, qui a laissé entendre dimanche qu'il n'y avait pas de prisonniers politiques à Cuba.

Son étonnant plaidoyer ne pouvait que faire polémique. Présente à Santiago de Cuba pour les funérailles du "lider maximo", Ségolène Royal a salué la "mémoire d’un monument de l’histoire" mais, surtout, réfuté les accusations faites au régime de violations des droits de l’homme, demandant notamment à voir les listes des prisonniers politiques. Les réactions indignées à ces propos se multiplient depuis plusieurs heures. "Les bras vous en tombent", a lâché François Bayrou au micro du Grand Rendez-Vous d'Europe 1/Itélé/Les Echos.

De nombreux exemples. "Il y a encore des prisonniers d’opinions à Cuba", a affirmé de son côté Geneviève Garrigos, porte-parole d’Amnesty International et spécialiste de Cuba, interrogée par Europe 1. "Quelques heures après la mort de Fidel Castro, l’artiste El sexto [un graffeur, ndlr] a été ré-arrêté, il aurait écrit sur un mur un graffiti disant simplement : 'Se fue', c’est-à-dire : 'il est parti'", rapporte-elle. "Cela n’est qu’un exemple, rien que pour le mois d’octobre, il y a eu 620 arrestations."



Des listes difficiles à établir. Depuis plusieurs années, la tactique du gouvernement cubain a changé. Au lieu de condamner les opposants à de longues peines de prison, les responsables les font arrêter quelques heures, puis les relâchent. Il est très difficile d’établir des listes de prisonniers d’opinion à cause de ces arrestations permanentes. "Il n’y a plus d’arrestations de longue durée mais le harcèlement continue", explique Geneviève Garrigos. Le gouvernement procède, par exemple, à des actes de répudiation, en organisant notamment des manifestations devant le domicile des opposants ou en proférant des menaces publiques. 

Le tourisme comme preuve d'ouverture ?. Seule membre d'un gouvernement européen avec Alexis Tsipras a avoir fait le déplacement à Santiago selon Le Figaro, Ségolène Royal a encore estimé qu'il y avait "beaucoup de désinformation" sur le régime et que l'île n’accueillerait pas "plus de 4 millions de touristes" par an si ses dirigeants pratiquaient la répression dénoncée par certains.