L’Etat islamique, organisation aux mille noms

  • A
  • A
L’Etat islamique, organisation aux mille noms
Un combattant de l'Etat islamique en Syrie@ Reuters
1 partage

Daesh, Etat islamique, ISIS ou même ISIL, … Autant de noms pour une même réalité, un groupe djihadiste qui combat en Irak et en Syrie.

Depuis un peu plus d’une semaine, les membres de l’exécutif, François Hollande et Laurent Fabius en première ligne, s’évertuent à ne plus utiliser les mots d’Etat islamique pour désigner le groupe djihadiste qui contrôlent une partie de l’Irak et de la Syrie. Europe 1 fait le point sur les différents termes.

"Etat islamique" et "Etat islamique en Irak et au Levant"

"Etat islamique" est le nom que s’est donné l’organisation islamiste et que nous utilisons sur Europe 1.fr. Avant cela, ce mouvement dissident d’Al-Qaïda s’appelait "Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL), mais a choisi de raccourcir son appellation au moment où il a proclamé un "califat islamique" à cheval entre l’Irak et la Syrie, fin juin. L’Etat islamique et son acronyme EI est en ce moment le nom le plus utilisé.

>> LIRE AUSSI - Le "califat islamique", fantasme ou réalité ?

L’AFP, l’agence de presse qui fournit une grande partie des informations aux médias (en France et dans le monde), a fait le choix de parler de "l’organisation Etat islamique". "Nous jugeons que l’expression ‘Etat islamique’ est inappropriée pour deux raisons", justifie l’AFP sur son blog. "Un, il ne s’agit pas d’un véritable Etat, avec des frontières et une reconnaissance internationale. Et deux, pour de nombreux musulmans, les valeurs dont se réclame cette organisation ne sont en rien ‘islamiques’", continue la directrice de l’information de l’agence, qui ne veut pas que "le nom ‘Etat islamique’" induise "le public en erreur".

"Daesh" (ou "Daech")

Le gouvernement français a fait le choix, après le sommet de l’OTAN de Newport, de parler de Daesh (ou Daech). "Le groupe terroriste dont il s’agit n’est pas un Etat ; il voudrait l’être mais il ne l’est pas et c’est lui faire un cadeau que de l’appeler ‘Etat’", expliquait Laurent Fabius devant l’Assemblée nationale le 10 septembre, allant jusqu’à "recommander de ne pas utiliser l’expression ‘Etat islamique' car cela occasion une confusion : ‘islam’, ‘islamisme’, ‘musulman’". L’exécutif préfère donc utiliser "ce que les Arabes appellent ‘Daech’".

Ce terme, en effet, est en partie utilisé dans le monde arabe. Il s’agit de l’acronyme d’ad-Dawla Al-islamiya fi’l Iraq wash Sham, la transcription d’Etat islamique en Irak et au Levant, en arabe. Pour autant, "Daesh" n’est pas un nom accepté par l'organisation elle-même. "Des chaînes arabes ont choisi de ne plus utiliser "État Islamique" en raison de sa connotation très positive, surtout dans le monde musulman. Al Arabiya a alors commencé à utiliser l'acronyme Daesh, qui a une prononciation particulièrement repoussante, très gutturale", explique à Arrêt sur images Romain Caillet, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient et spécialiste du mouvement. Selon le journaliste de France 24 Wassim Nasr, Daesh sonne comme d’autres mots arabes qui signifient "celui qui écrase", "tumeur sous l’ongle" ou qui rappelle des batailles d’une période considérée dans l’islam comme "le temps de l’ignorance", au VIIe siècle après Jésus-Christ.

Etat islamique ISIL 1280 bandeau

© Reuters

ISIL et ISIS

Vous n’entendrez que rarement parler d’ISIL et ISIS, en France. Ces deux acronymes sont en revanche fréquemment utilisés dans le monde anglo-saxon pour désigner l’Etat islamique, comme l'explique le site américain Politico. ISIL n’est que la version anglaise d’EIIL, à savoir un acronyme pour Islamic State of Iraq and the Levant (l’Etat islamique en Irak et au Levant). Le mot ISIS a rapidement été utilisé par les médias américains, comme le New York Times, comme un acronyme d’Islamic State of Iraq and Syria (Etat islamique en Irak et en Syrie, en anglais). C’est une manière de rendre plus intelligible le nom, la signification géographique de Levant n’étant pas largement comprise. Ce dernier acronyme est en revanche considéré comme réducteur, car les visées expansionnistes de l’Etat islamique s’étendent au-delà de la Syrie et de l’Irak.