L'Etat islamique a bien utilisé des missiles anti-aériens

  • A
  • A
L'Etat islamique a bien utilisé des missiles anti-aériens
@ REUTERS
Partagez sur :

INFO E1 - Les djihadistes de l'Etat islamique possèdent bien des armes anti-aériennes et s'en sont déjà servis. 

Oui, l'Etat islamique est capable d'abattre des engins aériens. Selon les informations d'Europe 1, deux hélicoptères de l'armée irakienne ont été abattus par les djihadistes grâce à des missiles anti-aériens. Ces combats ont eu lieu au tout début du mois d'octobre, au cours de la bataille pour le contrôle de la ville de Baiji, en Irak, un verrou sur la route qui relie Bagdad et le Kurdistan irakien. Les soupçons des services de renseignement allemands, qui suspectaient les terroristes de posséder des lance-missiles capables de toucher des avions de ligne, sont donc bien fondés.

Tirés à l'épaule. Les missiles anti-aériens ont été utilisés par les djihadistes après l'envoi d'hélicoptères en appui de troupes au sol. L'EI a alors riposté avec des "manpads", des gros tubes qui ressemblent à des lance-roquettes et qui se tirent sur l'épaule, donc très faciles d'emploi. Ces armes sont aussi très efficaces, puisque un hélicoptère MI 35 d'origine russe a été abattu le 3 octobre. Puis le 8 octobre, un IA 407, un petit appareil de reconnaissance d'origine américaine, a été lui aussi touché. 

>> LIRE AUSSI : l'Etat islamique dans les airs 

Du Soudan au Qatar. Les services de renseignements occidentaux se sont penchés très sérieusement sur la question pour trouver l'origine de ces missiles. Ils ont découvert qu'il s'agissait d'engins fabriqués en Chine, des FN6. Ces armes modernes, guidées par infra-rouge, sont de courte portée. Les missiles semblent avoir été achetés par le Soudan, qui les aurait ensuite revendus au Qatar. L'Emirat les aurait par la suite livrés à l'opposition syrienne, avant de tomber entre les mains de l'Etat islamique. 

Menaces pour les avions de ligne. Selon le journal allemand Bild am Sonntag, les services du BND (Bundesnachrichtendienst) estiment que les combattants du groupe Etat islamique dans le nord de l'Irak seraient en possession de lance-missiles capables de toucher des avions de ligne. Une menace qui est donc bien réelle. Des aéronefs pourraient ainsi être abattus par l'EI en Irak, notamment à Bagdad. 

"Ne pas extrapoler". Interrogé mardi matin sur Europe1, le député européen Arnaud Danjean n'est "pas certain qu'il faille extrapoler sur des risques d'attentat terroristes contre des objectifs civils !" L'eurodéputé poursuit : "Est-ce le but de l'Etat Islamique d'abattre des avions de ligne ? Pas forcément. C'est d'abord une organisation militaire qui cherche à étendre son emprise territoriale sur un territoire assez déterminé, Syrie, Irak, Jordanie, Liban. Ils sont dans des opérations militaires."

Les djihadistes continuent d'avancer. Sur le front aérien, comme terrestre, les terroristes étendent leur toile. En effet, la coalition menée par les Etats-Unis peine à freiner l'avancée des djihadistes, notamment dans l'ouest de l'Irak. A Kobané, à la frontière entre la Syrie et la Turquie, les responsables américains estiment, tout en restant prudents, que les forces kurdes ont pour le moment réussi à repousser les assauts des djihadistes grâce aux nombreux bombardements.