Le Royaume reste Uni

  • A
  • A
Le Royaume reste Uni
@ Reuters
Partagez sur :

IT'S NO - Les Ecossais ont massivement rejeté l'indépendance du pays, avec près de 55% des voix.

Le Royaume reste uni. Les Écossais ont rejeté l'indépendance jeudi lors d'un référendum historique. Avec près de 55% des voix, le non s'impose sans contestation. Après dépouillement de 31 des 32 circonscriptions, le non a obtenu 1.914.187 votes, au-delà du cap de 1.852.828 votes nécessaires pour remporter le référendum, selon les chiffres officiels diffusés par la BBC. Le non remporte alors le référendum écossais par 55,42% contre 44,58% pour le oui.

>> LIRE AUSSI - Les clés pour comprendre le référendum

Une "réelle déception". "Il semble que nous n'allons pas obtenir le oui que nous espérions", a déclaré vendredi matin sur la BBC la vice-Premier ministre écossaise et numéro 2 du parti national écossais, Nicola Sturgeon. Il y a "une réelle déception face au fait que nous avons échoué de justesse à obtenir un vote oui" victorieux au référendum, a-t-elle ajouté.

David Cameron peut souffler. Le Premier ministre conservateur David Cameron a ainsi évité un éclatement du Royaume-Uni, dont la perspective le "hantait", selon les mots de John Curtice, professeur en sciences politiques et expert du scrutin. Il a par ailleurs tablé sur une participation record de l'ordre de 85%.

>> LIRE AUSSI - Pour Cameron, "il est temps d'aller de l'avant"

Un référendum très suivi. L'Ecosse a changé une dizaine de fois de statut en 1.400 ans d'histoire mouvementée et la perspective d'un retour à l'indépendance, 307 ans après l'Acte d'Union qui a rattaché le pays des Scots à ses voisins du sud, a suscité un immense intérêt. Il a encore fait rage jeudi sur les réseaux sociaux, alimentés par le tennisman écossais Andy Murray poussant au oui, et par l'auteur d'Harry Potter, J.K Rowling, qui confiait: "Ma tête dit non et mon coeur le crie".

>> LIRE AUSSI - Andy Murray penche pour l'indépendance

Seuls les 4,2 millions d'électeurs résidents en Ecosse étaient habilités à voter. Les 95,8% de Britanniques restants, Anglais, Gallois et nord-Irlandais, ont assisté en spectateurs au scrutin déterminant pour le sort du Royaume-Uni. Des centaines de personnes ont passé la nuit devant le Parlement régional d'Holyrood, majoritairement  tenants du oui, et les pubs sont exceptionnellement restés ouverts jusqu'à une heure avancée.