Japon : Akihito s'inquiète de ne plus pouvoir remplir ses devoirs d'empereur

  • A
  • A
Japon : Akihito s'inquiète de ne plus pouvoir remplir ses devoirs d'empereur
L'empereur Akihito.@ TORU YAMANAKA / AFP
Partagez sur :

Cette déclaration pourrait déboucher sur une réforme du régime impérial japonais qui oblige aujourd'hui l'empereur à régner jusqu’à sa mort. 

Dans un message télévisé lu lundi, l'empereur du Japon Akihito, âgé de 82 ans, s'est dit préoccupé par sa capacité à continuer de s'acquitter de ses obligations compte tenu de son âge et de la nécessité d'être pleinement investi dans sa mission.

"Ma force physique décline". "Quand je vois que ma force physique décline graduellement, je m'inquiète qu'il puisse être difficile pour moi de remplir mes obligations en tant que symbole de l'État avec toute mon énergie, comme je l'ai fait jusqu'à maintenant", a-t-il déclaré dans une rare allocution télévisée, suggérant qu'il attendait des modifications des lois qui l'obligent à rester empereur jusqu'à la fin de sa vie mais sans pour autant parler d'abdication.

Né en 1933, intronisé à la mort de son père, Hirohito, en 1989, Akihito a connu plusieurs problèmes de santé. Il a été opéré du coeur et soigné d'un cancer de la prostate. Il a réduit récemment ses apparitions officielles, laissant sa place à son fils, le prince-héritier Naruhito, âgé de 56 ans.

Le Premier ministre va réfléchir. Le Premier ministre, Shinzo Abe, a aussitôt répondu en disant prendre "avec sérieux les mots de l'Empereur" et avoir l'intention d'y répondre. "Nous recevons avec sérieux les mots de sa majesté l'empereur et nous devons y réfléchir profondément", a-t-il déclaré quelques instants après la fin de l'allocution de l'empereur.

Des fonctions léguées à son fils ? L'empereur Akihito, qui règne depuis 27 ans, aurait, selon des fuites relayées par les médias, exprimé son souhait de modifications du régime impérial pour lui permettre de transférer "de son vivant" ses fonctions à son fils, le prince héritier Naruhito. Selon l'article 4 de la Constitution, "l'Empereur peut déléguer l'exercice de ses actes en matière d'Etat" dans certains cas définis par la loi. Et l'article 5 ajoute que "lorsqu'une régence est établie, le régent (un membre de la famille impériale, le prince héritier en priorité) exerce ses actes au nom de l'Empereur". Pour le moment, ladite loi sur la Maison Impériale indique dans son article 16 qu'une telle régence est prévue "si l'empereur n'a pas atteint l'âge de la majorité", ou qu'elle peut être décidée "lorsqu'il est affecté d'une maladie grave, mentalement ou physiquement, ou qu'il y a un obstacle sérieux le rendant incapable d'exercer ses actes en matière d'Etat". La vieillesse et la fatigue seules ne constituent donc pas (ou pas encore) un motif suffisant.