Italie : la maire de Rome, Virginia Raggi, convoquée devant la justice

  • A
  • A
Italie : la maire de Rome, Virginia Raggi, convoquée devant la justice
L'élue, très contestée à Rome, a annoncé mardi être convoquée dans le cadre d'une enquête pour corruption de l'un ses proches collaborateurs et se dit "très sereine". @ AFP
Partagez sur :

L'élue, très contestée à Rome, a annoncé mardi être convoquée dans le cadre d'une enquête pour corruption de l'un de ses proches collaborateurs.

Virginia Raggi, la nouvelle maire très contestée de Rome appartenant au mouvement anti-système 5 étoiles (M5S), a indiqué mardi avoir été convoquée devant la justice dans le cadre d'une enquête pour corruption de l'un de ses plus proches collaborateurs.

Abus de pouvoir et de faux. "J'ai reçu aujourd'hui une convocation à comparaître de la part du Parquet de Rome", a-t-elle indiqué sur sa page Facebook, confiant être "très sereine" et "avoir une confiance totale en la magistrature". Selon l'agence italienne Agi, la maire est convoquée la semaine prochaine sous le chef "d'abus de pouvoir et de faux".  L'enquête du parquet porte sur Raffaele Marra, chef du personnel de la mairie actuellement en prison, qui est soupçonné d'avoir reçu en 2013 de l'argent d'un entrepreneur immobilier, Sergio Scarpellini. Raffaele Marra était alors chargé de la politique du logement sous l'ancien maire Gianni Alemanno (droite).

Entendue sur une embauche contestée. Virginia Raggi avait défendu à son arrivée à la mairie le controversé Raffaele Marra, affirmant que ses qualités professionnelles lui étaient indispensables. En décembre, elle avait dû admettre publiquement avoir "commis une erreur" en lui faisant confiance. Mais elle a aussi permis l'embauche de son frère, Renato Marra, au poste de directeur au tourisme. C'est précisément sur cette embauche qu'elle sera entendue, a précisé mardi la maire de Rome.

Virginia Raggi a pris mardi le soin également de prévenir son mouvement et son tonitruant leader Beppe Grillo, qui a récemment rendu public un nouveau code éthique, n'obligeant pus les responsables du M5S à démissionner en cas d'ouverture d'enquête judiciaire.