Italie : des scientifiques accusés d’avoir introduit la bactérie Xylella

  • A
  • A
Italie : des scientifiques accusés d’avoir introduit la bactérie Xylella
@ AFP
Partagez sur :

Ils ont été mis en examen, suspectés d'avoir relâché la bactérie lors d’une manipulation dans leur laboratoire.

C’est un curieux scandale qui se profile dans le sud de l’Italie sur fond de bactérie tueuse et de magouilles supposées avec la mafia. Des chercheurs de l’Institut italien de protection durable des plantes de Bari ont été mis en examen, il y a quelques semaines. La justice leur reproche d’avoir relâché, dans la nature, une terrible bactérie tueuse d’oliviers.

Une contamination inédite. L’affaire a débuté en 2013 lorsque des cas de Xylella fastidiosa, une bactérie tueuse de végétaux, a été repérée sur des oliviers dans la région des Pouilles, dans le sud de l’Italie. Une première en Europe pour cette bactérie originaire du continent américain.

Rapidement, il a été décidé d’abattre toute une zone d’oliviers pour empêcher la prolifération du petit insecte qui véhicule la bactérie. Mais des agriculteurs et des associations de protection de l’environnement ont accusé les scientifiques chargés de combattre la bactérie, d’être à l’origine de son expansion.

Le plan d’éradication arrêté. Les autorités locales ont alors décidé, début 2015, de suspendre le plan d’abattage des oliviers, prenant le risque que la bactérie – récemment repérée en Corse et sur la Côte d’Azur – ne continue sa propagation.

La procureure de Lecce a mis en examen neuf scientifiques de l’Institut italien de protection durable des plantes de Bari. Elle les suspecte d’avoir relâché la bactérie dans la nature. Les chercheurs auraient accidentellement ou volontairement – c’est l’interrogation aujourd’hui – contaminé la région lors d’une manipulation de la bactérie – rapportée du Costa Rica – dans leur laboratoire.

Ce que les scientifiques rejettent en bloc en expliquant que la souche sur laquelle ils travaillaient n’est pas la même que celle retrouvée sur les oliviers de la région. Mais la justice va plus loin en s’intéressant aux fonds alloués à la région pour traiter l’épidémie et évoque les intérêts des grandes entreprises de commercialisation de pesticides, souligne le quotidien Libération.

En attendant un déblocage de la situation, le plan d’abattage des oliviers a été stoppé et la bactérie Xylella fastidiosa, elle, peut continuer à se propager tranquillement.