Israël veut nourrir de force un détenu en grève de la faim

  • A
  • A
Israël veut nourrir de force un détenu en grève de la faim
Khader Adnan, un Palestinien libéré après 56 jours de grève de la faim.
Partagez sur :

Mohammed Aalan, un avocat de 30 ans, prisonnier palestinien, a cessé de s'alimenter pour protester contre le régime sous lequel il est détenu.

Après 55 jours de grève de la faim, Mohammed Aalan, prisonnier palestinien, serait "en danger de mort imminente", a rapporté samedi son avocat alors que la justice israélienne a annoncé son intention de nourrir de force.

Le premier cas depuis l'adoption de la loi polémique. "Le procureur général israélien m'a informé de sa volonté de procéder à l'alimentation de force de Mohammed Aalan. Je l'en ai informé mais cela ne change rien à sa détermination à poursuivre sa grève", a dit Me Jamil al-Khatib, l'avocat du détenu. Le prisonnier hospitalisé a été transféré en soins intensifs car "son corps refuse désormais d'absorber l'eau qu'il ingurgite", a-t-il précisé.

Le Parlement israélien a adopté récemment une loi controversée autorisant l'alimentation de force des prisonniers en grève de la faim si leur vie est en danger.  La direction palestinienne, les militants des droits de l'Homme et des médecins israéliens avaient alors dénoncé un texte encourageant la "torture". Si les médecins décident de nourrir de force Mohammed Aalan - une décision qui sera d'abord examinée dimanche par un tribunal - il deviendrait le premier détenu à subir ce traitement depuis l'adoption de cette loi.

La détention administrative dénoncée. Mohammed Aalan, un avocat de 30 ans, a cessé de s'alimenter pour protester contre le régime sous lequel il est détenu. Accusé par Israël d'appartenir au Jihad islamique, la seconde force islamiste dans les Territoires palestiniens, il a été arrêté en novembre 2014 et placé en détention administrative. Ce régime d'incarcération controversé permet à Israël d'emprisonner des suspects sans inculpation et pour une durée de six mois renouvelable indéfiniment.  Israël a récemment libéré Khader Adnane après 56 jours de grève de la faim, lui aussi pour dénoncer sa détention administrative.

Un "crime contre l'humanité" ? Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui a rendu plusieurs visites ces dernières semaines à Mohammed Aalan à l'hôpital, a appelé vendredi Israël à autoriser la venue de sa famille, interdite de visite depuis plus de quatre mois, car il est, selon le CICR, "en danger de mort imminente".

Le ministre palestinien de la Santé Jawad Awad a prévenu samedi lors d'une conférence de presse que le nourrir de force "met sa vie en danger". L'alimentation de force a déjà fait trois victimes parmi les détenus palestiniens, assure de son côté le Club des prisonniers palestinien, dont deux hommes morts du fait de ce traitement dans les années 1980 dans les prisons israéliennes.

Le Hamas islamiste, au pouvoir dans la bande de Gaza, a dénoncé "une escalade dangereuse", condamnant un "crime contre l'humanité" à l'encontre des détenus palestiniens, qui sont actuellement près de 5.700 dans les prisons israéliennes.