Netanyahou irrite en Israël en proposant un "foyer" aux juifs français

  • A
  • A
Netanyahou irrite en Israël en proposant un "foyer" aux juifs français
@ AFP/MATTHIEU ALEXANDRE
Partagez sur :

La communauté francophone de Tel Aviv s’énerve des mots du Premier ministre israélien, qui résonnent comme une victoire pour le terrorisme.

"Israël n’est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier, l’Etat d’Israël est votre foyer", a déclaré le Premier ministre israélien, samedi, au lendemain d’une prise d’otages sanglante dans un magasin casher à Paris. Benjamin Netanyahou a ajouté, sur son compte Twitter : "A moins que le monde ne revienne à la raison, le terrorisme va continuer à frapper". Cet appel à émigrer vers la terre sainte des juifs a suscité la colère du Premier ministre français, mais aussi d’une partie de la communauté franco-israélienne.



Netanyahou n’a pas à se prononcer. Membres de l’association francophone israélienne Darkenou Israël, Gérard Benhamou et Alain Jacubowicz sont allés manifester à Tel Aviv, dimanche, en mémoire des victimes des attentats de ces derniers jours en France.  Pour ces deux Franco-Israéliens, les mots de Benyamin Netanyahou sont extrêmement maladroits. "Si des juifs de France souhaitent venir en Israël, pour des raisons positives et même si c’est par crainte, ce n’est pas à Netanyahou de lancer ce slogan", critique Gérard Benhamou. Même avis pour Alain Jacubowicz : "Si les juifs veulent venir en Israël, ils sont les bienvenus, mais Benjamin Netanyahou crée un vent de panique qui n’a pas lieu d’être".

>> LIRE AUSSI - Les victimes juives de Coulibaly enterrées à Jérusalem

Beaucoup de leurs amis partagent leur opinion, y compris certains juifs français qui ont fait leur alyah, venus s’installer récemment en Israël. Certes, disent-ils, le climat en France pose question mais dire à une communauté ‘vous devez avoir peur’ est l’inverse du message que le monde a voulu faire passer dimanche en marchant dans la capitale française.

La plus grande et plus vieille communauté juive d’Europe. Pour Gérard Benhamou, la phrase du Premier ministre israélien est comme une récompense offerte aux djihadistes. "Dire que les juifs doivent quitter la France suite aux attaques terroristes, c’est vraiment encourager le terrorisme en disant : ‘Si on continue comme ça, les juifs vont quitter la France, bon débarras !’", juge-t-il, ajoutant que cela résonnerait comme "une victoire pour le terrorisme."

Comme Manuel Valls, le Premier ministre français, qui a souligné que "la communauté juive (française, ndlr.), la plus nombreuse d’Europe, la plus ancienne, a tellement contribué à la République", Alain Jacubowicz estime lui aussi que "les juifs en France vivent dans un Etat démocratique et ils ont œuvré depuis des décennies à la grandeur de la France".

>> LIRE AUSSI - "Miraculée", Sophie raconte ses 4 heures d'horreur avec Coulibaly