Indonésie : report de la décision sur l'exécution de Serge Atlaoui

  • A
  • A
Indonésie : report de la décision sur l'exécution de Serge Atlaoui
Le Français Serge Atlaoui doit être exécuté en Indonésie@ AFP
Partagez sur :

INDONESIE - La Cour administrative de Jakarta devait étudier jeudi le recours déposé par les avocats de Serge Atlaoui. Mais l'audience est repoussée d'une semaine.

Encore une semaine "à se sentir seul avec les ombres des autres", d'après les mots de Serge Atlaoui. La Cour administrative de Jakarta en Indonésie devait se prononcer jeudi sur un recours déposé par le Français condamné à mort. L'audience a été reportée au 13 mai, compte tenu de "l'absence de l'avocate de la défense", portée malade, a indiqué le président de la cour. Aucune décision n'est attendue à l'issue de la prochaine audience.

Jakarta sourde aux pressions. Serge Atlaoui a été condamné dans une affaire de trafic de drogue et doit être exécuté. Les autres condamnés sont passés par le peloton d'exécution le 28 avril. Mercredi, pour la première fois depuis la mort de ses compagnons de cellule, Serge Atlaoui a discuté avec son épouse. Il lui a raconté avoir vu les condamnés défiler devant ses yeux avant d'être tués. Les gardiens n'ont pas pris la peine de les faire passer par un autre chemin. "Cela a été horrible pour lui", selon l'avocat du Français, qui s'était particulièrement rapproché du condamné brésilien. Jakarta avait annoncé que Serge Atlaoui pourrait être fusillé seul.

Depuis l'annonce de la sentence, les chancelleries occidentales font pression sur l'Indonésie pour que les vies de leurs ressortissants soient épargnées. Mais jusque là, leurs appels sont restés sans réponse.

Encore un report ? Les avocats de Serge Atlaoui ont donc tenté un ultime recours administratif. S'il est rejeté, le Français pourra une dernière fois contester la décision avant que son sort ne soit définitivement fixé. La procédure peut donc se prolonger, peut-être suffisamment pour arriver au 17 juin, espèrent ses soutiens. Le Ramadan commence à cette date en Indonésie, cette année et habituellement, les exécutions sont suspendues pendant le mois saint.