Immigration, Obamacare, mur : ce qu'il faut retenir du discours de Trump devant le Congrès

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

C'est sur un ton plus présidentiel que Donald Trump a prononcé son premier discours au Congrès américain, mardi. Il a précisé un projet plus nuancé que lors de ses discours de campagne.

C'était un discours particulièrement attendu. Plus d’un mois après son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump s'est adressé pour la première fois au Congrès américain, mardi. Et il a surpris par un ton moins tonitruant, plus mesuré parfois. Dans une allocution de plus d'une heure devant les élus républicains et démocrates, le 45e président des Etats-Unis a décliné ses priorités pour donner corps à un engagement central : "Donner la priorité aux Américains".

  • La "fierté nationale"

"Un nouveau chapitre de la grandeur américaine débute", a affirmé Donald Trump dans l'hémicycle de la Chambre des représentants au Capitole, où siégeaient également sénateurs, ministres et juges de la Cour suprême. "Une nouvelle fierté nationale balaye notre pays (…) Nous assistons au renouveau de l'esprit américain", a-t-il assuré. "Mon boulot ne consiste pas à représenter le monde. Mon boulot consiste à représenter les Etats-Unis".

  • Une immigration au "mérite"

C'est l'un des thèmes chers à Donald Trump. Le président américain a proposé devant le Congrès un nouveau système d'immigration "basé sur le mérite", citant en exemple des pays comme le Canada et l'Australie et s'en prenant avec virulence aux immigrés clandestins. Le président américain a dit vouloir "abandonner le système actuel d'une immigration peu qualifiée et adopter à la place un système basé sur le mérite" qui permettre selon lui d'"économiser énormément d'argent".

Le président a également martelé avec force sa détermination à lutter contre l'immigration clandestine qu'il a lié avec la criminalité aux Etats-Unis. Il a notamment indiqué avoir ordonné la création d'un bureau spécial pour les victimes de crimes "d'immigration" baptisé VOICE (Victims Of Immigration Crime Engagement).

  • Le mur à la frontière mexicaine

C'est la promesse emblématique de la campagne de Donald Trump : le mur à la frontière mexicaine. Le président américain n'en démord pas, sa construction va débuter "bientôt", a-t-il assuré devant le Congrès. "Nous devons rétablir l'intégrité et l'application de la loi à nos frontières. Pour cette raison, nous allons bientôt commencer la construction d'un grand, grand mur le long de notre frontière sud", a assuré Donald Trump. Des déclarations doucement huées par les démocrates.

dtrrump1280

Crédit photo : JIM LO SCALZO / POOL / AFP

  • Renouveler les infrastructures

Si Donald Trump maintient bel et bien son mur, il appelle aussi à construire des ponts. Le président américain a promis de consacrer mille milliards de dollars d'investissements publics et privés pour remettre à niveau les infrastructures américaines. "Pour lancer la reconstruction du pays, je vais demander au Congrès d'approuver une législation qui déclenchera des investissements de mille milliards de dollars pour les infrastructures aux Etats-Unis", a-t-il annoncé.

  • Remplacer l'Obamacare

Donald Trump avait promis de s'exprimer plus longuement sur l'une des mesures emblématiques de son programme : l'abrogation de l'Obamacare, la loi de santé assurant à des millions d’Américains une couverture maladie. "Ce soir, j'appelle ce Congrès à abroger et à remplacer Obamacare avec des réformes qui étendront le choix, donneront un meilleur accès (aux soins) et réduiront les coûts", a-t-il dit mardi. Pour des précisions quant à son application concrète, il faudra encore attendre.

  • Une réforme fiscale "historique"

Très attendu sur l'économie, Donald Trump a promis devant les élus une réforme fiscale "historique" qui se traduira par une baisse "massive" des impôts pour la classe moyenne et permettrait aux entreprises de "concurrencer n'importe qui". "Nous devons faire en sorte qu'il soit plus facile pour nos entreprises de faire des affaires aux Etats-Unis et plus difficile pour elles de partir", a-t-il martelé.

  • "Démolir l'Etat islamique" et renforcer l'armée

Sur le plan militaire, Donald Trump s'est montré intraitable. "Comme promis, j'ai demandé au ministère de la Défense de mettre en oeuvre un plan pour démolir et détruire l'EI (…) Nous travaillerons avec nos alliés, notamment nos amis et alliés du monde musulman, pour éradiquer de la planète cet ennemi abominable", a martelé le président américain. Donald Trump a par ailleurs souligné que "pour garder l'Amérique en sécurité", il fallait fournir aux soldats américains "les outils dont ils ont besoin pour prévenir les guerres et - s'ils doivent le faire - combattre et gagner". 

  • Sur le plan international

Donald Trump a cherché à rassurer ses alliés, qui gardent encore à l'esprit ses déclarations interrogeant la pertinence de l'Otan et le rôle des Etats-Unis sur la scène internationale. Mais il les a également invité à supporter une plus grande partie des dépenses de défense dont ils profitent selon lui aux dépens de Washington. Il a en particulier assuré l'Otan de l'engagement de sa nouvelle administration. Mais il n'a pas fait mention du principal sujet d'inquiétude des Européens, sa position amicale à l'égard du président russe Vladimir Poutine, adoptée pendant la campagne. "Nous soutenons fermement l'Otan, une alliance forgée par deux guerres mondiales qui ont renversé le fascisme et une Guerre froide qui a défait le communisme", a-t-il déclaré. "Mais nos partenaires doivent respecter leurs obligations financières", a-t-il ajouté. "Et maintenant, sur la base de nos discussions très fortes et franches, ils commencent à le faire", a-t-il assuré.