Hollande : "la France ne peut pas régler tous les conflits du monde"

  • A
  • A
Hollande : "la France ne peut pas régler tous les conflits du monde"
@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

CONFERENCE - "La France ne peut pas être la seule puissance du monde à agir", estime François Hollande, qui a appelé les grandes puissantes à leurs responsabilités. 

Nigeria, Ukraine, Mali, Syrie, Libye, Centrafrique : face aux conflits et aux fronts qui se multiplient, François Hollande estime que "la France ne peut pas être la seule puissance du monde à agir". Le chef de l'Etat a d'ailleurs lancé un appel à la communauté internationale jeudi, lors de sa conférence de presse semestrielle : "Faites votre travail, ne faites pas la leçon". "Je pense aux grandes puissances du monde, Amérique, Russie, qui ne peuvent pas (se contenter de) regarder. L'Amérique fait son devoir en Syrie et en Irak. La Russie essaie de concilier l'opposition syrienne avec le régime, ce qui rend la tâche compliquée", a-t-il détaillé. 



>> LIRE AUSSI - Syrie : le jour où Hollande est devenu chef de guerre

Pas d'extension des frappes de l'Irak vers la Syrie. "Qu'on me comprenne bien : la France ne peut pas régler tous les conflits du monde. On l'appelle partout : en Libye, au Nigeria, au Cameroun, dans la zone du Sahel. En Syrie, j'ai été sollicité. La France ne peut pas être la seule puissance du monde à agir", a poursuivi le président français. Interrogé sur une possible extension des frappes aériennes françaises de l'Irak vers la Syrie, François Hollande a donc de nouveau écarté cette option. "C'est en Irak que nous portons l'effort. Pourquoi? Parce que c'est en Irak qu'il y a un Etat, une souveraineté, une armée, qui peuvent lutter contre Daech et assurer la reconquête du territoire", s'est-il défendu, reconnaissant toutefois des succès "trop lents".

>> LIRE AUSSI - Pourquoi Hollande ne parle que de guerre

La France mène son intervention militaire en Irak avec "de plus en plus d'intensité, de plus en plus d'opérations", a souligné le président, en indiquant que le porte-avions français Charles-de-Gaulle était désormais "sur zone" dans le Golfe persique.

>> EN DIRECT - Retrouvez toutes les annonces de François Hollande pendant la conférence en cliquant ici