Hiroshima : 70 ans après, le Japon se recueille

  • A
  • A
Hiroshima : 70 ans après, le Japon se recueille
Une foule dense de plus de 50.000 personnes s'est recueillie à Hiroshima, 70 ans après le premier bombardement nucléaire de l'histoire. @ JIJI PRESS / AFP
Partagez sur :

CEREMONIE - Le monde s'est recueilli à Hiroshima, au Japon, ville où a eu lieu le premier bombardement nucléaire de l'histoire, en 1945.  

EN IMAGES

Le Japon se recueille. Le pays a marqué jeudi par une cérémonie à Hiroshima le 70e anniversaire du premier bombardement nucléaire de l'histoire, qui conduisit à la capitulation du Japon et à la fin de la Seconde Guerre mondiale. A 8h15, une jeune femme et un écolier ont frappé une grande cloche d'une longue poutre de bois suspendue, immuable geste accompli à l'heure précise où un bombardier américain B-29 baptisé Enola Gay, volant à haute altitude, largua une bombe à uranium et sema le feu et la mort sur cette grande ville japonaise.

hiroshima-1

Des colombes ont été lâchés au-dessus du Parc mémorial de la paix.


55.000 personnes au Parc mémorial de la paix. Au son mourant de la puissante cloche, une foule de 55.000 personnes s'est recueillie dans le Parc mémorial de la paix de cette cité de 1,2 million d'habitants de l'ouest de l'archipel devenue un symbole du pacifisme. Dotée d'une force destructrice équivalente à 16 kilotonnes de TNT, la bombe avait porté la température à 4.000 degrés au sol, anéantissant tout alentour. On estime à 140.000 le nombre de morts, au moment de l'impact puis ultérieurement, sous l'effet de l'irradiation.

hiroshima-couv-1280

Le maire de Hiroshima, à droite, lors de l'hommage aux victimes d'Hiroshima.


Les armes nucléaires, "le mal absolu". "Pour coexister, nous devons abolir le mal absolu et le comble de l'inhumanité que représentent les armes nucléaires. Il est temps maintenant d'agir", a déclaré après la minute de silence le maire de la ville, Kazumi Matsui, dans un discours, avant de laisser la parole à de jeunes enfants. Le Premier ministre Shinzo Abe était là, entouré des représentants de 100 pays, le plus grand nombre jamais présent aux cérémonies de Hiroshima. Parmi eux, l'ambassadrice des Etats-Unis au Japon, Caroline Kennedy, et la sous-secrétaire américaine chargée du contrôle des armements Rose Gottemoeller, plus haut responsable américain jamais envoyé de Washington pour les commémorations annuelles.

hiroshima-2

Le premier ministre japonais Shinzo Abe a déposé une gerbe de fleurs au cours de la cérémonie.


L'opinion encore divisée. Trois jours après Hiroshima, l'armée américaine a largué une bombe au plutonium sur la ville portuaire de Nagasaki, tuant quelque 74.000 personnes. Ces deux bombes ont porté un coup final au Japon impérial, qui s'est rendu le 15 août 1945, marquant le terme de la Seconde Guerre mondiale. Sept décennies plus tard, l'usage de l'arme atomique à cette époque divise encore les opinions. Certains historiens estiment que celle-ci a épargné un bien plus grand nombre de victimes en évitant une attaque terrestre de l'archipel nippon, d'autres que le Japon était de toute façon proche de la défaite et que les deux bombes n'étaient pas nécessaires pour mettre fin au conflit.