Haïti, terre dévastée

  • A
  • A
Haïti, terre dévastée
Partagez sur :

Port-au-Prince est transformé en gigantesque camp de réfugiés, 48 heures après le séisme.

Les efforts des sauveteurs côtoient les coups de feu et scènes de pillage : Port-au-Prince est plongée jeudi dans le chaos en dépit de l'arrivée des premiers secours,48 heures après le séisme.

Les bâtiments officiels broyés par la secousse, dont le palais présidentiel et des ministères, trahissent l'état d'impuissance dans lequel se trouvent les institutions haïtiennes, alors que plusieurs membres du gouvernement seraient toujours portés disparus. La principale prison de Port-au-Prince s'est effondrée lors du séisme de mardi et des détenus ont pris le large.

En l'absence des Casques bleus, occupés à fouiller les ruines, et eux-mêmes fortement touchés, les rues de la capitale surpeuplée sont le théâtre de pillages et de tirs.

"Nous entendons de nombreux coups de feu sans pouvoir préciser d'où ils viennent. Les pillages ont commencé dans les supermarchés qui se sont écroulés partiellement", a raconté un porte-parole de l'ONG brésilienne "Viva Rio", Valmir Fachini. "Les tirs sont constants et on a l'impression que ce sont des familles qui tentent de se protéger des assaillants", venus voler ce qui leur reste de nourriture, a-t-il ajouté.

Le Champ de Mars, célèbre avenue de Port-au-Prince, a été transformé en un gigantesque camp de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés. Partout, "un état de stress permanent et la désolation", expliquent Sébastien, un employé de la Croix-Rouge, et Carel Pedre, un Haïtien :

Selon l'ONG britannique Save the Children, au moins deux millions d'enfants et d'adolescents ont été affectés, beaucoup étant blessés ou orphelins.

Dans les rues haïtiennes, les corps sont souvent alignés à même le sol, recouverts d'un drap. Faute de moyens, les survivants tentent de dégager des blessés à mains nues. Dans les ruines, les corps sont restés figés dans la position qui était la leur au moment du drame: un couple surpris pendant la sieste, des fillettes recouvertes de poussière, des femmes presque dévêtues. Dans les carcasses de voitures restent des corps carbonisés.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a affirmé que le tremblement de terre avait fait "des dizaines de milliers de morts". Le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, avait dit mercredi redouter qu'il ne soit "bien au-dessus des 100.000" morts.

> Europe 1 s'associe à la Croix-Rouge française pour venir en aide à la population haïtienne, victime du séisme. Pour faire un don, cliquez ici.