Grèce : défilés et grève contre de nouvelles mesures de rigueur

  • A
  • A
Grèce : défilés et grève contre de nouvelles mesures de rigueur
Ils étaient quelque 10.000 à manifester à Athènes contre un nouveau plan de rigueur.@ LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Partagez sur :

10.000 personnes ont manifesté lundi à Athènes tandis que des syndicalistes observaient une grève de 24 heures, pour protester contre de nouvelles mesures de rigueur.

Les syndicats grecs ont marqué lundi le 1er mai par des défilés et une grève nationale de 24 heures contre de nouvelles mesures de rigueur en échange de la poursuite du versement de prêts internationaux. Quelque 10.000 personnes ont manifesté à Athènes et 3.500 à Thessalonique, selon la police. Avec la grève, qui coïncide avec une journée fériée dans le pays, la plupart des magasins étaient fermés, comme les services publics, tandis que le trafic des bateaux et des trains était interrompu. 

Grève générale le 17 mai. "Nous devons reprendre tout ce qui nous a été volé durant la crise", a déclaré le chef du parti communiste Dimitris Koutsoumbas. "Nous devons annuler toutes les lois contre les travailleurs (...) et effacer unilatéralement la dette" publique du pays, a-t-il ajouté. Une grève générale est prévue le 17 mai par les syndicats pour protester contre les nouvelles mesures d'économie. "Le gouvernement et les créanciers ont pressuré le peuple et les travailleurs depuis sept ans", a écrit de son côté le puissant syndicat des fonctionnaires Adedy.



Des prêts contre des économies. Sous la pression de ses créanciers (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international), le gouvernement a accepté en avril 3,6 milliards d'euros d'économies en rognant les retraites en 2019 et en alourdissant les impôts en 2020. Ces mesures devraient être approuvées mi-mai par le Parlement et le gouvernement espère un accord global le 22 mai lors d'une réunion des ministres des Finances de la Zone euro. Athènes et ses créanciers progressent vers un accord préliminaire, selon une source gouvernementale lundi. La Grèce souhaite le plus tôt possible un accord avec ses créanciers car le pays endetté a besoin de nouvelles tranches de prêts pour payer des créances de plus de sept milliards d'euros en juillet.