Etats-Unis : les lumières de Noël consomment plus que l'Ethiopie en un an

  • A
  • A
Etats-Unis : les lumières de Noël consomment plus que l'Ethiopie en un an
@ BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Partagez sur :

ET JOYEUX NOEL - Une étude révèle que les lumières de Noël aux Etats-Unis consomment largement plus d'énergie que l'Ethiopie en un an...

Guirlandes électriques, illuminations dans les rues, sapins qui brillent de mille feux... C'est joli, oui, mais ça consomme. Les chercheurs d'un groupe de réflexion américain révèlent mercredi que la quantité d'énergie utilisée par les lumières de Noël aux Etats-Unis dépasse de loin la consommation annuelle de pays pauvres comme l'Ethiopie ou le Salvador.

Plus que la Tanzanie ou le Salvador. Les "lumières décoratives" pèsent 6,63 milliards de kilowatts/heure, soit bien plus que ce qui est consommé nationalement chaque année par le Salvador (5,35 milliards), l'Ethiopie (5,30 milliards) ou la Tanzanie (4,81), indique un récent blog du Center for Global Development. Pour arriver à leurs conclusions, les deux auteurs, Todd Moss et Priscilla Agyapong, ont croisé les données tirées d'une étude du département de l'Energie américain datant de 2008 avec celles de la Banque mondiale.

Les Etats-Unis, ogre énergivore. Ils rappellent également que ces 6,63 milliards de kw/h ne représentent que 0,2% de la consommation d'énergie des Etats-Unis sur un an même s'ils permettraient de faire tourner... 14 millions de réfrigérateurs. Les auteurs rappellent également que l'énergie utilisée par les ménages américains ne pèse en moyenne qu'environ un quart de la consommation totale du pays. Le poids des ménages est particulièrement faible en Corée du Sud (14%) dans leur échantillon de 31 pays, établi avec des données des Nations Unies, et il est particulièrement fort au Ghana (57%), selon le blog. Le Canada se situe lui à peu près dans la moyenne avec 28%."Pour le dire autrement, 70% de l'électricité est utilisée en dehors des domiciles dans des zones commerciales et industrielles", écrivent les auteurs, selon qui les ménages ne peuvent être qu'"un élément" d'une stratégie efficace d'économies d'énergie.