Espagne : arrestation de trois personnes soupçonnées de faire partie d'une cellule djihadiste

  • A
  • A
Espagne : arrestation de trois personnes soupçonnées de faire partie d'une cellule djihadiste
Police de Catalogne@ AFP
Partagez sur :

Deux hommes et une femme ont été arrêtés ce samedi en Catalogne. Les deux hommes sont soupçonnés de chercher à recruter des candidats au djihad tandis que la femme cherchait à se rendre en Afghanistan. 

Trois personnes soupçonnées. Le ministère espagnol de l'Intérieur a annoncé ce samedi l'arrestation en Catalogne, au nord-est de l'Espagne, de deux hommes soupçonnés de chercher à recruter des candidats au djihad, et d'une femme prête à se rendre en Afghanistan. Les deux hommes, âgés de 32 et 42 ans et originaires de Tanger au Maroc ont été arrêtés par la Garde civile à Barcelone, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur qui ne précise pas à quel moment. Ils sont soupçonnés d'avoir "via différentes plateformes virtuelles et réseaux sociaux, diffusé l'idéal extrémiste de Daech et attiré des adeptes pour les envoyer dans des zones de conflit", explique le communiqué. La jeune femme, âgée de 24 ans, originaire de Granollers, une commune au nord-est de Barcelone où elle a été arrêtée, "avait connu un processus de radicalisation qui l'avait conduite à partager complètement la stratégie des groupes terroristes extrémistes auxquels elle voulait se joindre lors d'un déplacement imminent". "Elle avait sa valise déjà prête pour partir semble-t-il en Afghanistan, pour intégrer le djihad", a commenté le ministère de l'Intérieur Jorge Fernandez Diaz à la télévision publique TVE.

Une enquête de plusieurs mois. La Garde civile enquêtait depuis plusieurs mois sur des échanges entre des membres de Daech et des personnes résidant en Espagne, a fait savoir le ministère de l'Intérieur. Ces communications, faites à travers plusieurs systèmes de messagerie instantanée, servaient à "un travail intense de radicalisation de plusieurs groupes de femmes". La jeune femme arrêtée participait à certains d'entre eux "de manière active", précise le ministère. La garde civile devait recueillir les dépositions de quatre autres personnes pour leurs liens supposés avec les détenus, a précisé le ministère de l'Intérieur.

95 personnes arrêtées depuis le début de l'année. L'Espagne, en état d'alerte antiterroriste renforcée - niveau 4 sur 5 - depuis le mois de juin, a arrêté depuis le début de l'année 95 personnes dans le cadre d'enquêtes sur ces filières djihadistes. Le pays reste cependant bien moins exposé à l'embrigadement de combattants djihadistes que la France: le ministère estime que 139 personnes sont parties combattre en Syrie ou en Irak, dont seules 25 sont revenues en Espagne. Alors qu'en France, au moins 250 personnes sont revenues de ces zones de combat selon les autorités françaises.