Energies renouvelables : 2 milliards d'euros de la France à l'Afrique d'ici 2020

  • A
  • A
Energies renouvelables : 2 milliards d'euros de la France à l'Afrique d'ici 2020
La France financera les énergies renouvelables en Afrique.@ IAN LANGSDON / POOL / AFP
Partagez sur :

La France consacrera plusieurs milliards d'euros au financement des énergies renouvelables et à la lutte contre la désertification en Afrique.

La France va consacrer plusieurs milliards d'euros aux énergies renouvelables en Afrique, à la "muraille verte" contre la désertification au Sahel et à la préservation du lac Tchad et du fleuve Niger, a annoncé mardi François Hollande. Le président français a précisé que le financement pour les énergies renouvelables sur le continent augmenterait de 50% et dépasserait 2 milliards d'euros sur la période 2016-2020. La France triplera progressivement ses engagements bilatéraux en Afrique pour atteindre un milliard d'euros par an en 2020.

Une aide à l'électrification de l'Afrique. "Nous pensons que le continent africain a des capacités considérables de développement", a dit François Hollande lors d'un sommet sur l'Afrique organisé dans le cadre de la COP21. "Une part très substantielle de notre effort bénéficiera à l'Afrique, et notamment à l'électrification du continent, sans même attendre 2020", a-t-il ajouté.

Une muraille verte contre la désertification. Le projet de muraille verte, qui visait à l'origine à planter une large bande de végétation traversant l'Afrique d'Ouest en Est, a évolué au fil du temps. L'objectif est désormais de développer des "poches", les plus rapprochées possible, sur lesquelles se concentrent les efforts de reboisement, d'habitation et d'électrification. Réhabiliter les sols permet à la fois de leur redonner une capacité de stockage de CO2, de lutter contre la désertification, d'enrayer l'exode des populations et de produire de la nourriture, souligne-t-on. Ces projets répondent également aux choix stratégiques de la France au Sahel, où elle engagée dans la lutte contre le terrorisme, souligne l'Elysée.