En Israël, Trump évoque "une rare opportunité" pour la paix

  • A
  • A
En Israël, Trump évoque "une rare opportunité" pour la paix
@ Jack GUEZ / AFP
Partagez sur :

Le président des Etats-Unis pense pouvoir relancer le processus de paix considérant que toute la région comme les Etats-Unis étaient confrontés à la même menace : le groupe Etat islamique.

Le président des Etats-Unis Donald Trump a affirmé lundi, à son arrivée en Israël, sa conviction qu'il existait "une rare opportunité" pour la paix dans la région. "Nous avons devant nous une rare opportunité d'apporter la sécurité, la stabilité et la paix dans cette région", a-t-il déclaré à l'aéroport international de Tel-Aviv où son avion a atterri peu avant 12h30 (11h30 en France) en provenance d'Arabie saoudite. "Mais nous ne pouvons y arriver qu'en travaillant ensemble. Il n'y pas d'autre solution", a-t-il mis en garde.

"Tous confrontés à la même menace". "Je suis venu sur cette terre ancienne et sacrée pour réaffirmer les liens indestructibles entre les Etats-Unis et l'Etat d'Israël", a-t-il par ailleurs souligné lors de cette brève allocution. Un peu plus tôt, à bord d'Air Force One, le chef de la diplomatie Rex Tillerson avait souligné qu'il y avait "une occasion à saisir" pour faire progresser les discussions de paix. D'où vient cette confiance de l'administration Trump dans la possibilité de relancer un processus au point mort depuis des années ? "C'est l'environnement, les circonstances dans la région tout entière, c'est ce que le président essaie de mettre en avant durant ce voyage", a répondu Rex Tillerson. "Les pays arabes, Israël, les Etats-Unis, nous sommes tous confrontés à la même menace : la montée en puissance du groupe Etat islamique, des organisations terroristes", a-t-il ajouté. "Je pense que cela crée une dynamique différente".

Interrogé sur le scandale des informations classifiées que Donald Trump auraient communiquées à des responsables russes sans l'accord d'Israël, le chef de la diplomatie américaine s'est efforcé de minimiser sa portée. "Je ne crois pas qu'il y ait des raisons de s'excuser", a-t-il déclaré. "Si les Israéliens ont des questions ou des demandes de clarifications, nous serons heureux d'y répondre", a-t-il ajouté.