Écosse : après l'attente, les larmes

  • A
  • A
Écosse : après l'attente, les larmes
@ REUTERS
Partagez sur :

RETOUR SUR - Les Écossais ont pleuré, de joie ou de tristesse, après la victoire du non au référendum sur l'indépendance.

C'est officiel, l’Écosse a dit non à l'indépendance vendredi matin. Dans les bars, dans les rues, chez eux, devant leur télé, les Écossais ont vécu le dénouement d'un scrutin historique avec émotion et déception, ou joie, selon les points de vue.

Mais avec plus de 55% de voix pour le non, la réponse est sans appel : l'Écosse reste dans le Royaume-Uni. Thomas Sotto, installé dans un pub d’Édimbourg en compagnie de nombreux invités, les envoyés spéciaux d'Europe 1 à Glasgow, Édimbourg, et Londres, vous ont fait vivre cette matinée pour le pays. Revivez-la ici.

08h15 : David Cameron, le Premier ministre britannique, a réagi à l'annonce des résultats. "Il est temps pour notre Royaume-Uni de se rassembler et d'aller de l'avant", a-t-il déclaré lors d'une déclaration au 10, Downing Street à Londres, estimant que la question de l'indépendance de l'Ecosse était désormais réglée pour "une génération".

7h30 : Le Premier ministre écossais reconnait la défaite du non. Le Premier ministre écossais Alex Salmond, chef de file des indépendantistes, a reconnu vendredi la défaite de son camp au référendum de jeudi, alors que des résultats encore partiels montrent que le nombre de bulletins "non" dépasse désormais 50% du taux de participation. Le dirigeant nationaliste a appelé Londres à respecter le plus rapidement possible sa promesse de transférer davantage de pouvoirs à l'Ecosse.



David Cameron félicite le chef de fil des unionistes écossais. Le premier ministre britannique a salué Alex Salmond, le leader du parti national écossais. Selon la BBC, à 6h45 du matin, le non l'emporterait avec une avance plus large que prévue, avec 55% des votes, contre 45% pour le oui. 

7h15 : David Gow, journaliste écossais, confirme la tendance du non. David Gow, journaliste écossais, a confirmé la tendance selon laquelle le non va l'emporter, sur l'antenne d'Europe1. Au micro de Thomas Sotto, il a affirmé : "Le Guardian a annoncé dès 4h30 que le non allait l'emporter."

Le non en passe de l'emporter. Selon la BBC, le non est en passe de remporter le référendum d'indépendance en Écosse après le dépouillement de 26 des 32 circonscriptions, affichant une avance de huit points, à 54%, sur le camp du oui (46%). Un représentant nationaliste admet également la défaite de son camp. "Comme des milliers d'autres à travers le pays, j'ai mis tout mon coeur et mon âme dans cette campagne et il y a une véritable déception que nous ayons échoué de peu à obtenir la victoire du "oui'", a déclaré Nicola Sturgeon, numéro deux du Scottish National Party, interrogé sur l'antenne de la BBC. Le site internet du Guardian, tout comme celui de la BBC, annoncent d'ores et déjà la victoire du non.

6h10 : Glasgow dit oui à l'indépendance. C'est la première ville à dire oui. Les électeurs de Glasgow, première ville d’Écosse, se sont prononcés en faveur de l'indépendance, a annoncé vendredi le responsable local du dépouillement au lendemain du référendum d'autodétermination. Les résultats définitifs au référendum d'indépendance en Ecosse après dépouillement de plus de la moitié des bulletins laissent augurer vendredi à l'aube une victoire du non et confirmaient une participation massive à hauteur de l'enjeu historique. Après dépouillement de 23 des 32 circonscriptions à 6H du matin, correspondant à 58,7% des bulletins exprimés, le non arrivait en tête à 54% devant le oui à 46%.



Une très forte participation. A 05h30 vendredi matin, les bureaux de vote de 10 des 32 circonscriptions étaient connus, soit 14,8% des bulletins dépouillés. Des résultats partiels qui donnent le non en tête à 52% devant le oui à 48%. Ces résultats sont tombés avec retard du fait de l'impressionnant taux de participation, qui dépasse 80% dans la plupart des circonscriptions. Sur les dix circonscriptions dépouillées, huit ont donné la victoire au non tandis que deux se sont prononcées en faveur du oui.
John Curtice, professeur en sciences politiques à l'Université de Strathclyde, a jugé sur la BBC que "la preuve que le camp du non est en train de gagner était en train d'apparaître". "En même temps, nous commençons aussi à voir un succès du non qui est loin d'être aussi important que ce à quoi ils s'attendaient lorsque le référendum a été annoncé il y a 18 mois ou en tout cas  à ce qu'ils escomptaient il y a deux mois", a-t-il ajouté.

Les résultats comté par comté sur le site internet du Guardian.

Thomas Sotto en direct d'Edimbourg. Thomas Sotto et les envoyés spéciaux d’Europe 1 sont en direct d’Edimbourg vendredi matin.

Sotto Glasgow 640

L'attente. Les militants du "oui" attendent impatiemment. Les bureaux de vote sont restés ouverts toute la nuit.

>> LIRE AUSSI : tout ce qu'il faut savoir sur le référendum en Ecosse, ici