Disparition du président chinois d'Interpol : Paris "s'interroge" et se dit "préoccupé par les menaces" contre sa femme

  • A
  • A
Partagez sur :

La France a exprimé sa préoccupation quant aux menaces contre la femme de Hongwei Meng, le président chinois d'Interpol, qui n'a plus donné signe de vie depuis une semaine. 

Paris "s'interroge" sur la "disparition inquiétante" du président chinois d'Interpol et se dit "préoccupé par les menaces" contre sa femme, a indiqué le ministère de l'Intérieur, vendredi, dans un communiqué. "La France s'interroge sur la situation du président d'Interpol", Hongwei Meng, dont la famille est sans nouvelles depuis le 25 septembre, et est "préoccupée par les menaces dont son épouse a fait l'objet", indique le ministère, qui précise qu'"un dispositif policier adapté était mis en place pour garantir (sa) sécurité".

Des menaces reçues via téléphone ou réseaux sociaux. "Le 4 octobre en soirée, les services de police ont été informés, par son épouse, de la disparition inquiétante de Hongwei Meng", et elle a affirmé "avoir récemment reçu des menaces via les réseaux sociaux et par téléphone", ajoute la même source. Hongwei Meng a rejoint la Chine par avion depuis Stockholm, ont indiqué des sources concordantes. Le siège mondial d'Interpol, organisation internationale de coopération policière rassemblant 192 pays, est situé à Lyon, ville où réside également la famille de Hongwei Meng. Vendredi matin, Europe 1 révélait qu'une enquête pour disparition inquiétante avait été ouverte.