Des lions sculptés pour la tombe de Charles V aux enchères à Londres

  • A
  • A
Des lions sculptés pour la tombe de Charles V aux enchères à Londres
La maison Christie's a annoncé mardi la vente aux enchères d'une sculpture en marbre réalisée au 14ème sièclepour le tombeau de Charles V.@ Justin TALLIS / AFP
Partagez sur :

C'est la maison Christie's qui est chargée de la vente aux enchères de la sculpture en marbre réalisée au 14ème siècle pour le tombeau du roi Charles V. 

La maison Christie's a annoncé mardi la vente aux enchères, le 6 juillet à Londres, d'une sculpture en marbre représentant deux lions adossés, réalisée au 14ème siècle par l'artiste français André Beauneveu pour le tombeau de Charles V.

"Une redécouverte majeure". L'oeuvre, sculptée entre 1364 et 1366, a été conçue à l'origine pour le tombeau du roi Charles V (1337-1380) à l'abbaye de Saint-Denis, avant d'être achetée en 1802 par l'aristocrate anglais Thomas Neave. Selon Christie's, son apparition sur le marché constitue "une redécouverte majeure" puisque les historiens de l'art connaissaient l'existence de cet élément du tombeau seulement par une gravure datée du 18e siècle. "Leur redécouverte au sein d'une collection privée anglaise est une formidable nouvelle pour les collectionneurs et historiens qui pensaient que ce groupe en marbre avait été perdu lors de la Révolution" française, a commenté Donald Johnston, directeur international du département Sculpture chez Christie's, dans un communiqué.

Thomas Neave a acquis les lions lors d'une visite à Paris en 1802 au cours de la brève période durant les guerres napoléoniennes où les Anglais pouvaient se rendre en France. Peu de temps après son intronisation, le jeune roi Charles V commanda quatre tombeaux familiaux à André Beauneveu, dont le sien. Réalisés en seulement deux ans, ils furent démantelés quatre siècles plus tard en 1793. Le gisant de Saint-Charles a depuis été restitué à la basilique Saint-Denis, mais sans les lions qui prenaient place à ses pieds et dont on ne sait pas comment ils ont été séparés du reste de la sculpture funéraire.