Dernière étape avant la canonisation de Mère Teresa

  • A
  • A
Dernière étape avant la canonisation de Mère Teresa
Mère Teresa a consacré sa vie aux pauvres, aux malades et aux mourants pendant plus de 40 ans. Image d'illustration.@ RAVI RAVEENDRAN / AFP
Partagez sur :

Le décret de canonisation de la célèbre religieuse, béatifiée en 2003, devrait être signé par le pape François mardi matin.

Le pape François doit signer mardi dans la matinée le décret de canonisation de Mère Teresa, la religieuse à la frêle silhouette et à la détermination de fer devenue une icône mondiale de la charité.

Le 4 septembre prochain ? Un consistoire se réunit à 10h pour voter sur la cause de cinq futurs saints, dont Mère Teresa. Dans la foulée, le pape François devrait signer le décret de canonisation et annoncer la date et le lieu de la célébration. Sauf surprise, cela devrait être le dimanche 4 septembre, veille de la fête de Mère Teresa dans le calendrier catholique et déjà dédié dans le programme du Jubilé de la miséricorde à cette femme devenue un monument de l'Eglise.

La célébration à Calcutta ou au Vatican. Un petit suspense demeure cependant sur le lieu. L'Eglise indienne insiste pour que le pontife argentin vienne à Calcutta célébrer la sainte, mais plusieurs sources au Vatican assurent qu'un tel voyage n'est pas à l'ordre du jour et que la canonisation aura lieu au Vatican. Née en 1910 dans une famille albanaise en Macédoine, elle avait fondé sa propre congrégation en 1950, les Missionnaires de la charité et elle a consacré sa vie aux pauvres, aux malades et aux mourants pendant plus de 40 ans, notamment en Inde. Décédée en 1997, elle avait été béatifiée en 2003 par le pape Jean Paul II, dont elle était très proche. La cérémonie avait alors rassemblé 300.000 fidèles autour de la place Saint-Pierre.

Quatre autres canonisations. Outre Mère Teresa, le consistoire doit valider la canonisation du prêtre polonais Stanislas Papczynski (1631-1701), du Mexicain Jose Sanchez del Rio (1914-1928), tué pour sa foi à l'âge de 14 ans et du Curé Brochero (1840-1914), un prêtre argentin très populaire qui circulait à dos de mule au contact des exclus. Le consistoire doit aussi donner son feu vert à la canonisation de Marie-Elisabeth Hesselblad (1870-1957), une Suédoise luthérienne convertie au catholicisme. Devenue religieuse, elle a œuvré pour l'unité des chrétiens et a été déclarée Juste pour avoir sauvé des juifs pendant la Seconde guerre mondiale à Rome.