Débris d'avion à La Réunion : le BEA est saisi

  • A
  • A
Débris d'avion à La Réunion : le BEA est saisi
@ AFP
Partagez sur :

Des sources proches de l'enquête confirment que le fragment d'aile découvert sur la côte réunionnaise correspond à celui d'un Boeing 777, mais ne peut pas dire s'il appartient au MH370.

L'ESSENTIEL

Un morceau d'avion de deux mètres de long relance les spéculations sur le vol MH370, l'une des plus grandes énigmes de l'aviation civile. Après la découverte à La Réunion, dans l'océan Indien, de ce débris qui provient de l'aile d'un Boeing 777, l'organisme d'enquête français, le Bureau d'enquête et d'analyses (BEA), enquête jeudi. Il est chargé de "coordonner l'enquête française et l'enquête internationale, conduite notamment par les experts malaisiens et australiens". Le débris va être transféré en France pour être analysé par des enquêteurs spécialisés.

Les infos à retenir :

• Un débris d'avion a été découvert à La Réunion mercredi

• Il est "du même type" que celui d'un Boeing 777

• On ignore encore s'il s'agit d'un morceau du vol MH370 disparu en mars 2014

Le morceau correspond à celui d'un Boeing 777. Le fragment d'aile est "de même type" que ceux des Boeing 777, le même modèle que le vol MH370 disparu il y a un an dans l'océan Indien. Mais il faudra des expertises plus poussées pour dire s'il appartient bien au vol Malaysia Airlines dont la trace a été perdue le 8 mars 2014.

Cette pièce longue de 2 mètres sera transportée "en fin de semaine pour être analysée près de Toulouse", a affirmé une source judiciaire. Elle doit, sauf imprévu, partir vendredi et arriver en métropole samedi. Elle "fera l'objet d'une expertise judiciaire dans une antenne de la Direction générale de l'armement (DGA) dans le courant de la semaine prochaine". Les résultats ne seront donc pas connus avant plusieurs jours. "Le parquet de Saint-Denis a tout d'abord diligenté une procédure de renseignement judiciaire confiée à la brigade de gendarmerie des transports aériens (BGTA)", précise la préfecture. Depuis, le pôle d'instruction du tribunal de grande instance de Paris "a pris en charge l'enquête dans le cadre d'une commission rogatoire".

Une dizaine d'experts malaisiens sont arrivés à La Réunion.

Un numéro de série. Un des éléments qui a permis aux enquêteurs d'attester du type de la pièce serait un numéro de série retrouvé sur le débris. Clicanoo, un site internet réunionnais d'informations, a publié jeudi plusieurs éléments qui semblent accréditer la thèse que le débris retrouvé appartenait bien à un Boeing 777. En réussissant à prendre une photo de l'intérieur, le site a pu mettre en évidence la référence du la pièce : 657 BB

clic

Puis en comparant cette référence avec le manuel de maintenance officiel du Boeing 777, on constate que le flapperon, en bas à gauche sur le schéma s'appelle bien "657 BB".

fffffffffffffffffff

A la recherche d'autres pièces. Par ailleurs, un morceau de valise marron a été retrouvé jeudi à l'endroit où a été repéré le débris d'avion. Ce morceau s'y trouvait depuis mercredi, "mais personne n'y a vraiment prêté attention", selon Johnny Bègue, membre de l'association qui a repéré le débris. "On voit encore la fermeture de la valise toujours accrochée à un morceau de toile rigide", décrit-il. Le morceau de valise a été récupéré par les gendarmes de la BGTA (brigade de gendarmerie des transports aériens) chargés de l'enquête, selon des témoins.



Un hélicoptère de la gendarmerie a survolé la zone lentement, faisant même parfois du surplace, n'a pas trouvé d'autres débris.

Une zone "cohérente" avec les courants. En attendant d'en savoir plus sur la provenance du débris, la compagnie Malaysia Airlines a estimé qu'il était "prématuré de spéculer sur [leur] origine" avant d'en avoir la confirmation.

Reste que d'après le ministre australien des Transports, dont le pays coordonne les recherches internationales pour retrouver l'avion, "La Réunion est très loin de la région où se sont déroulées les recherches (au large de l'Australie, NDLR) mais est cohérente avec ce que nous savons sur les courants et les informations données par les satellites".