Crash de Germanwings : en Allemagne, une émotion palpable

  • A
  • A
Crash de Germanwings : en Allemagne, une émotion palpable
@ AFP
Partagez sur :

L'Allemagne est sous le choc après le crash d'un A320 de Germanwings qui reliait Barcelone à Düsseldorf.

Ils étaient 150 à bord de l'Airbus 320 qui devait faire la liaison entre Barcelone et Düsseldorf. L'avion de la compagnie allemande Germanwings a disparu des écrans radar peu après 10h30 mardi et s'est écrasé dans les Alpes-de-Haute-Provence. L'appareil transportait 67 Allemands selon les premières informations disponibles, d'après Thomas Winkelmann, un dirigeant de la compagnie allemande interrogé lors d'une conférence de presse. Mais ce chiffre peut encore évoluer, a-t-il ajouté. Deux bébés se trouvaient dans l'avion, a précisé le dirigeant. Seize lycéens allemands ainsi que deux professeurs en échange scolaire étaient probablement à bord, selon le maire de Llinars del Vallés, la ville d'accueil. Les télévisions allemandes sont rapidement entrées en édition spéciale pour couvrir l'événement.

Les proches pris en charge. A l'aéroport de Düsseldorf, les proches des victimes qui attendaient l'atterrissage de l'avion ont été pris en charge, d'après une journaliste de l'agence DPA citée par das Bild. Des ambulances ont été dépêchées à l'aéroport. Rapidement, le ministère allemand des Affaires étrangères a mis en place un numéro de crise pour les proches des victimes. "Dans ces heures difficiles, nos pensées vont à tous ceux qui craignent pour leurs proches qui sont passagers ou membres de l'équipage", a déclaré le ministre Frank-Walter Steinmeier.

Seize lycéens à bord. Dans le crash de l’Airbus A320 qui devait relier Barcelone à Düsseldorf, figuraient seize lycéens allemands selon nos informations. Ils venaient juste de passer une semaine près de Barcelone avec deux de leurs enseignants dans le cadre d'un échange scolaire. Mardi matin, ils ont embarqué à bord de l'avion de Germanwings. Ces jeunes venaient de Haltern Am See, un village de quelque 5.000 habitants entre Dusseldolf et Dortmund. Ils avaient séjourné dans des familles d'accueil et assistaient aux cours d'un lycée d'une petite ville espagnole, le Lycée Giola.

"C'est le jour le plus noir de l'histoire de notre ville", a estimé le maire d'Haltern, Bodo Klimpel, sanglotant. "C'est le pire que l'on puisse s'imaginer", a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse à la mairie. Il a affirmé que la population était en "état de choc". "Nous devons nous préparer au pire", a-t-il dit, au sujet de la mort quasi-certaine des 150 personnes présentes à bord de l'avion.

Merkel sur place mercredi. La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé qu'elle se rendrait mercredi dans les Alpes françaises. "J'irai demain (mercredi) là-bas pour me rendre compte par moi-même de la situation et parler avec les responsables locaux", a indiqué la chancelière lors d'une brève déclaration à la chancellerie à Berlin, mardi en début d'après-midi. Angela Merkel, qui a rapidement eu le président français au téléphone, s'est dite plus tôt dans la journée "bouleversée" par le crash de l'avion.

Les réactions de Germanwings et Lufthansa.La compagnie Germanwings a indiqué que son Airbus A320 avait subi une grosse révision  "à l'été 2013", a indiqué un dirigeant de la compagnie, Thomas Winkelmann, à Cologne. L'appareil avait subi une grosse révision  "à l'été 2013", a indiqué un dirigeant de la compagnie, Thomas Winkelmann, à Cologne. Il a ajouté que le pilote du vol avait "plus de dix ans" d'expérience et "plus de 6.000 heures de vol" à son actif. Selon lui, la chute de l'avion "a duré dans l'ensemble huit minutes".

>> LIRE AUSSI - Crash de l'A320 : 16 lycéens allemands en échange étaient à bord

>> LIRE AUSSI - Crash de Germanwings : des victimes "espagnoles, allemandes et turques"

>> LIRE AUSSI - Crash d'un Airbus à 320 dans le sud des Alpes>W>