Crainte d'attentat en Allemagne : libération d'un des deux hommes arrêtés samedi

  • A
  • A
Crainte d'attentat en Allemagne : libération d'un des deux hommes arrêtés samedi
Les autorités avaient demandé la fermeture d'un important centre commercial d'Essen face à la menace d'attentat.@ Bernd Thissen / dpa / AFP
Partagez sur :

L'homme avait été interpellé alors que la police enquêtait sur une menace d'attentat dans un centre commercial. L'autre suspect restait interrogé dimanche.

La police allemande a annoncé dimanche avoir relâché l'un des deux hommes arrêtés la veille, en lien avec une menace d'attentat qui avait poussé les autorités à faire fermer un important centre commercial d'Essen, dans l'ouest du pays. Le deuxième homme était toujours interrogé, a indiqué la police d'Essen, selon laquelle les autorités examinaient "des objets qui étaient en sa possession".

Les autorités sur le qui-vive. La police avait fait fermer samedi le centre commercial à Essen par crainte d'un attentat. Les médias allemands ont évoqué un possible lien avec le groupe djihadiste Etat islamique. La police avait indiqué que deux hommes avaient été appréhendés dans la ville d'Oberhausen, près d'Essen, mais aucune saisie d'armes ou d'explosifs n'avait été annoncée.

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive en raison de la menace djihadiste pesant sur le pays, particulièrement depuis un attentat au camion-bélier qui avait fait 12 morts en décembre à Berlin et avait été revendiqué par l'EI. Les services du renseignement intérieur estiment à environ 10.000 le nombre d'islamistes radicaux dans en Allemagne, dont 1.600 soupçonnés de pouvoir passer à la violence.

Un salafiste allemand à l'origine de la menace. Selon Bild, les services de renseignement allemands ont eu connaissance d'un projet "d'attaque à la bombe du centre commercial par plusieurs kamikazes". D'après la chaîne allemande WDR, un salafiste d'Oberhausen, qui s'était rendu en Syrie et est connu des autorités allemandes, aurait planifié l'attaque. L'homme est un Allemand membre de l'EI, selon Bild, et a tenté via les services de messagerie de recruter plusieurs personnes pour l'attaque d'Essen, comme il a fourni des instructions sur les moyens de fabriquer une bombe.

Par ailleurs, la police s'est déployée tard samedi dans la ville d'Offenburg après une "possible menace d'attaque" visant une discothèque locale. L'alerte a été levée dimanche, selon la police qui n'a pas fourni de détails.