Corée du Nord : Pyongyang affirme avoir testé avec succès un missile intercontinental

  • A
  • A
Corée du Nord : Pyongyang affirme avoir testé avec succès un missile intercontinental
L'essai balistique aurait été supervisé par Kim Jong-Un lui-même@ KAZUHIRO NOGI / AFP
Partagez sur :

Le missile a atteint une altitude de plus de 2.800 km et s'est abîmé dans la zone économique exclusive du Japon, à plus de 900 kilomètres de son point de départ.

La Corée du Nord a affirmé avoir testé mardi avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM), étape cruciale vers la réalisation de son objectif qui est de pouvoir menacer les États-Unis du feu nucléaire.

Une altitude de 2.802 km. L'essai "historique" d'un missile Hwasong-14 a été supervisé par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, a annoncé dans un bulletin spécial une présentatrice de la Télévision centrale coréenne. Elle a précisé que l'engin avait atteint une altitude de 2.802 km et volé sur une distance de 933 km. La Corée du Nord est "une puissance nucléaire forte" qui est dotée d'un "très puissant ICBM qui peut frapper tout endroit au monde", a-t-elle affirmé. "L'essai réussi d'un ICBM (...) est une percée majeure dans l'histoire de notre république", a-t-elle encore dit.

Une provocation le jour de la fête nationale américaine. La télévision d'État a également diffusé des plans de l'ordre daté de lundi et écrit de la main de Kim Jong-Un donnant instruction de conduire ce test. Cet essai, le jour de la fête de l'indépendance américaine, s'inscrit dans une longue série de tirs de missile en violation de nombreuses résolutions internationales qui, assorties de sanctions, interdisent à la Corée du Nord de développer ses programmes balistique et nucléaire.

Répondre à la menace américaine. La Corée du Nord, qui après avoir mené cinq essais nucléaires dispose d'un petit arsenal de bombes atomiques, cherche à se doter de missiles ICBM susceptibles d'atteindre le territoire américain. Elle justifie ces programmes par la menace que font planer sur son existence même les États-Unis, qui comptent 28.000 soldats déployés en Corée du Sud.

Ce tir, qui avait été repéré dans la matinée par les forces sud-coréennes, japonaises et américaines, avait entraîné une cinglante réponse du président américain Donald Trump. "Ce type n'a-t-il rien de mieux à faire de sa vie ?", a écrit le président américain sur Twitter au sujet du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. "Difficile de croire que la Corée du Sud et le Japon toléreront cela très longtemps. Peut-être que la Chine va faire un geste fort au sujet de la Corée du Nord et mettre fin à cette absurdité une bonne fois pour toutes !", a-t-il ajouté.