Fusillade de Copenhague : un mort, le suspect recherché

  • A
  • A
Fusillade de Copenhague : un mort, le suspect recherché
@ AFP
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - L'ambassadeur de France et l'auteur des caricatures de Mahomet, Lars Vilk, se trouvaient à l'intérieur du bâtiment lors de la fusillade. Un civil est mort lors de l'attaque. Trois policiers ont été touchés. 

Un peu plus d'un mois après les attentats contre Charlie Hebdo à Paris, "une attaque terroriste" mortelle a, cette fois, frappé un centre culturel de Copenhague. Le lieu devait justement accueillir un débat sur l'art et le blasphème en hommage à Charlie Hebdo. A l'intérieur du bâtiment touchés par des dizaines de tirs se trouvaient l'ambassadeur de France, François Zimeray, et l'auteur des caricatures de Mahomet, Lars Vilk. Tous deux sont sains et saufs. La Première ministre danoise a qualifié cette attaque d'"acte terroriste". 

>> Un homme de 40 ans est mort lors de l'attaque. Trois policiers ont été touchés

>> Un suspect est en fuite. Sa voiture a été retrouvée

>> La Première ministre danoise qualifie l'attaque d'"acte terroriste"

>> Bernard Cazeneuve est attendu sur place dès samedi soir

>> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : que sait-on des deux frères Kouachi ?





Un mort, trois policiers blessés. Un civil, un homme d'une quarantaine d'années, "non identifié", est mort lors de l'attaque. Trois policiers ont, par ailleurs, été blessés dont certains grièvement. 

Un seul assaillant, toujours en fuite. Selon la police danoise, d'après les premiers témoignages recueillis sur place, l'attaque a été menée par un seul assaillant, et non pas deux comme cela avait été annoncé dans un premier temps. L'homme a pris la fuite à bord d'une voiture noire, une Volkswagen Polo, qui a été retrouvée, vide, à proximité du lieu de l'attaque.



14.02 titeur.640

© DR

C'est peu après avoir abandonné son véhicule qu'une image de l'auteur présumé de l'attaque a été capturée par une caméra de vidéosurveillance. La police a lancé un appel à témoins et diffusé cette photo présentant un homme vêtu d'une doudoune foncée et d'un bonnet ou d'une cagoule bordeaux, qui porte un sac noir. Un peu plus tôt dans la soirée, elle avait annoncé rechercher un "homme, entre 25 et 30 ans, d'environ 1,85 m, athlétique, d'apparence arabe, (...) les cheveux lisses", armé d'un "pistolet-mitrailleur noir". La police danoise est coutumière de descriptions faisant polémique. Dans le passé, elle a parlé de pickpockets "d'apparence tsigane".

Le récit de la fusillade. L'attaque a eu lieu vers 15h30. La BBC a diffusé samedi soir un enregistrement sonore pris lors de ce débat. On y entend distinctement une femme tenir un discours avant d'être brusquement interrompue par plusieurs dizaines de coups de feu.

Les témoins ont raconté des scènes de panique : tout le monde s'est jeté à terre après les tirs. "Ils ont tiré et ont tenté de pénétrer dans la salle de conférence. J'ai vu l'un d'eux, courant, cagoulé. On ne pouvait pas voir son visage", a déclaré une organisatrice du débat. "J'ai vu la personne se faire tuer, se faire tirer dessus. J'ai vu deux assaillants qui avaient des pistolets. Là, je me suis dit : 'il faut que je m'en aille' mais j'ai senti que l'on me suivait, c'était terrible", a raconté, de son côté, une Danoise.

Copenhague

© AFP

L'ambassadeur de France, François Zimeray, participait à l’événement en la qualité de modérateur des débats. Immédiatement après l'attaque, le diplomate a tweeté, en anglais, qu'il était indemne.

"Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que (la tuerie de) Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer", a-t-il rapporté plus tard.

Le dessinateur, Lars Vilks, est également sain et sauf. Ce dernier avait suscité la controverse en 2007 par des dessins représentant le prophète Mahomet sous les traits d'un chien. Des menaces avaient été proférées par des groupes islamistes. Depuis, l'artiste faisait l'objet d'une surveillance rapprochée pour sa sécurité. Il y a deux ans, une Américaine disant s'appeler Jihad Jane avait été condamnée à dix ans de prison pour avoir tenté de l'assassiner.

>> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : le scénario de la tuerie

copenhague

"Un acte terroriste" selon la Première ministre danoise. La chef du gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt a qualifié samedi la fusillade d'"acte terroriste". "Le Danemark a été touché aujourd'hui par un acte de violence cynique. Tout porte à croire que la fusillade était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste", a-t-elle dit dans un communiqué de presse.

Paris condamne l'attaque. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a condamné samedi "avec la plus grande fermeté" l'"attaque terroriste". "Une attaque terroriste a visé une réunion publique à Copenhague, à laquelle participait l'ambassadeur de France au Danemark. Je condamne avec la plus grande fermeté cet attentat. La France se tient aux cotés des autorités et du peuple danois dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré le ministre dans un communiqué. 

François Hollande a, par ailleurs, exprimé à la Première ministre danoise, Helle Thorning-Schmidt, "toute la solidarité de la France dans cette épreuve", indique l'Elysée dans un communiqué. 

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est attendu à Copenhague "dans les meilleurs délais", a annoncé l’Élysée. Il devrait arriver dans la soirée de samedi.