Comment les enquêteurs sont parvenus à déjouer l'attentat de Düsseldorf

  • A
  • A
Comment les enquêteurs sont parvenus à déjouer l'attentat de Düsseldorf
Photo d'illustration@ Monika Skolimowska / dpa / AFP
Partagez sur :

Un projet d'attentat kamikaze a été déjoué en Allemagne, ont annoncé les autorités locales jeudi. Grâce au témoignage d'un djihadiste syrien "repenti". 

C'est un dossier anti-terroriste digne des meilleurs polars. L'arrestation de trois Syriens soupçonnés d'avoir projeté de commettre un attentat en plein cœur de Düsseldorf, en Allemagne, a été rendue possible grâce au témoignage d'un djihadiste "repenti" arrêté en France. Une information révélée par I-télé, jeudi après-midi, et dont Europe 1 a eu confirmation. Grâce à sa déposition, les enquêteurs français ont pu alerter leurs voisins néerlandais et allemands qui ont remonté une partie de cette cellule terroriste missionnée par l'Etat islamique (EI).

Une présentation spontanée. Le 1er février dernier, un homme se présente au commissariat central de la Goutte d'Or, dans le 18ème arrondissement de Paris. C'est un Syrien de 28 ans, originaire de Raqqa, fief de l'EI. Prénommé Saleh, il affirme être à la tête d'une cellule dormante de l'Etat islamique, qui prépare un attentat suicide en Allemagne. Une vingtaine d'hommes dispatchés entre Düsseldorf et un camp de réfugiés dans une ville des Pays-Bas, frontalière de l'Allemagne, selon Le Monde. Il est prêt à donner les noms de ses complices. Les policiers du commissariat, attaqué trois semaines plus tôt à l'arme blanche par un Tunisien criant "Allah Akbar" et qu'ils ont été obligés de tuer, n'en reviennent pas.

Trois complices interpellés. Après quatre jours de garde à vue à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), l'homme est mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et placé en détention. Les enquêteurs s'interrogent sur les motivations du Syrien et n'excluent pas qu'il puisse jouer les infiltrés pour l'EI. Toutefois, et à la surprise générale, ses indications se révèlent fructueuses.

Après plusieurs mois de surveillance, le parquet fédéral allemand a annoncé jeudi l'arrestation de trois individus, qui avaient effectivement pour projet de commettre un attentat dans les rues de Düsseldorf. Hamza C., 27 ans, Mahood B., 25 ans, et Abd Arahman A. K., 31 ans, sont tous de nationalité syrienne. Ils ont été interpellés en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans le Brandebourg - la région qui entoure Berlin - ainsi que dans le Bade-Wurtemberg, et leurs appartements ont été perquisitionnés. 

Un scénario proche de celui des attentats de Paris. Entrés en Europe par la route des Balkans et la Grèce, ils étaient missionnés pour accomplir une attaque terroriste sur un modèle quasi-similaire à celui des attentats du 13 novembre dernier à Paris. Deux kamikazes avec des gilets explosifs dans une artère passante de la vieille ville, tandis deux autres ouvrent ensuite le feu pour tuer le plus grand nombre de victimes possibles "à l'aide de fusils et d'autres charges explosives", a indiqué le parquet. Cependant, "il n'existe pas d'indices permettant d'affirmer que les suspects avaient déjà commencé à mettre en application leur plan d'attaque", a précisé le parquet fédéral.

Quel statut pour le djihadiste "repenti" ? Pour justifier ses aveux face aux enquêteurs quelque peu méfiants, le "repenti" a déclaré qu'il était "fatigué". Il a raconté avoir été capturé par l'EI alors qu'il luttait contre Bachar Al-Assad dans une autre faction, rivale, l'Armée syrienne libre, selon I-télé. Il a expliqué avoir été retourné par l'organisation terroriste, et envoyé en Europe en avril 2014, mais que là, vraiment, il n'en pouvait plus. L'ex-djihadiste n'a pas obtenu le statut de repenti en France, indique Le Monde. Il devrait en revanche être remis prochainement à la justice allemande, où il pourra espérer bénéficier éventuellement de ce statut de repenti.