Comment la France va participer à la coalition contre l'Etat Islamique

  • A
  • A
Comment la France va participer à la coalition contre l'Etat Islamique
@ Reuters
Partagez sur :

INFO E1 - Paris va fournir une importante aide militaire aux Etats-Unis dans la lutte contre le groupe djihadiste.

L’INFO. Barack Obama est détermine : il veut détruire l'Etat islamique. Le président américain a présenté dans la nuit son plan contre le groupe djihadiste. Pas de troupe au sol mais des frappes aériennes en Irak et, pour la première fois, en Syrie. Le président américain ne part pas seul en guerre. Selon les informations d’Europe 1, la France va participer à la coalition contre l'Etat Islamique.

>> A LIRE AUSSI - Contre l’Etat islamique, Obama et Kerry montent en première ligne

Une intervention de trois semaines. Les armées françaises sont prêtes à fournir un volume de forces significatif pour combattre en Irak aux côtés des Américains. Vendredi, François Hollande se rend ainsi en Irak pour proposer aux autorités le soutien militaire de la France. L’effort portera sur une durée de trois semaines. Cela commencera par des frappes aériennes, avec une dizaine d’appareils, des chasseurs bombardiers qui appuieront les unités de l’armée irakienne au sol. Un AWACS, un avion bourré d’électronique permettant de coordonner les différentes missions des pilotes, pourrait également être envoyé sur place.

>> INFOGRAPHIE - Qui va participer à la coalition internationale en Irak ?

250 commandos déployés. Les forces spéciales françaises, très expérimentées depuis leur engagement au Sahel depuis bientôt deux ans, seront aussi de la partie. Leur mission : faire du guidage au sol. Autrement dit aider les avions de la coalition à trouver et détruire ses cibles, et encadrer les unités irakiennes et les miliciens kurdes pour les rendre plus efficaces. Quelque 250 commandos pourraient être déployés sur le terrain.

Un dernier effort sera également porté sur le renseignement. Les avions seront ainsi tous équipés de nacelle de reconnaissance, qui permettent de faire des images au sol. Certains satellites vont aussi être réorientés vers la zone du Proche-Orient, tout comme un navire de guerre électronique capable d’intercepter les communications des chefs islamistes.