Colombie : les premiers guérilleros Farc libérés dans le cadre du processus de paix

  • A
  • A
Colombie : les premiers guérilleros Farc libérés dans le cadre du processus de paix
Partagez sur :

Les premiers guérilleros Farc ont été libérés dans le cadre du processus de paix en Colombie.

Seize guérilleros des Farc ont été libérés pour la première fois dans le cadre du processus de paix négocié avec le gouvernement colombien, a-t-on annoncé jeudi de source officielle. "C'est un premier geste du gouvernement après avoir évalué le respect du cessez-le-feu unilatéral par les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie - marxiste), la diminution de la violence qui en découle et les avancées du processus", a annoncé le bureau du Haut commissaire pour la paix dans un communiqué.

Neuf hommes et sept femmes. "Le bureau du Haut commissaire pour la paix informe que 16 des 30 personnes que le gouvernement a décidé de gracier le 22 novembre dernier sont à présent en liberté", précise le texte. Selon la même source, parmi ces 16 guérilleros des Farc, "neuf sont sortis de la prison La Picota et sept femmes sont sorties de la prison El Buen Pastor, de Bogota". Les Farc avait proposé dimanche au gouvernement de libérer des combattants, policiers et militaires malades, comme nouveau geste de confiance dans les pourparlers de paix de La Havane.

Réintégration dans la vie civile. Ces 16 guérilleros condamnés pour rébellion ont été graciés "non pour motif de santé, mais pour la nature du délit en raison duquel ils étaient emprisonnés", a cependant souligné jeudi le bureau du Haut commissaire pour la paix dans son communiqué, précisant qu'ils devaient désormais "entamer leur processus de réintégration dans la vie civile". Quatre d'entre eux ont par ailleurs été autorisés à se rendre à La Havane, où le gouvernement du président Juan Manuel Santos et la guérilla négocient depuis novembre 2012 pour mettre fin au conflit armé qui déchire la Colombie depuis plus d'un demi-siècle. Il s'agit d'Elky Javier Caballero Rodriguez, Carlos Antonio Ochoa Orjuela, Sandra Patricia Isaza Rincon et Gloria Alvarez Mestizo, qui vont rejoindre "la table des négociations en qualité de citoyens formellement autorisés par le gouvernement afin d'être informés du contenu des accords conclus", ajoute le texte.

Le conflit armé le plus ancien d'Amérique latine a fait au moins 220.000 morts, six millions de déplacés et des dizaines de milliers de disparus. Les Farc, issues en 1964 d'une insurrection paysanne, comptent encore environ 7.000 combattants, selon les autorités.