Ce que l'on sait de la fusillade qui a fait 59 morts à Las Vegas

  • A
  • A
Partagez sur :

Un sexagénaire a ouvert le feu sur le public d'un concert en plein air, dimanche soir aux États-Unis. Il s'est suicidé avant que les policiers ne l'atteignent. 

L'ESSENTIEL

Un Américain sexagénaire a tué au moins 59 spectateurs d'un concert en plein air dimanche soir à Las Vegas, commettant la pire fusillade de l'histoire moderne des États-Unis. Le bilan dépasse celui de la boîte gay d'Orlando en juin 2016, quand 49 personnes avaient été assassinées. L'auteur s'est suicidé avant que les policiers ne l'atteignent. Les autorités ont réfuté "à ce stade" tout lien avec l'organisation État islamique, qui a revendiqué la tuerie.

Les informations à retenir :

  • 59 personnes ont été tuées et au moins 527 autres blessées dans la fusillade

  • Le tireur, un Américain de 64 ans, s'est donné la mort avant l'arrivée des forces de l'ordre

  • Les autorités réfutent tout lien "à ce stade" avec l'État islamique, qui a revendiqué la tuerie

  • QUE S'EST-IL PASSÉ ? 

Stephen Paddock s'était installé au 32ème étage de l'hôtel Mandalay Bay, massif établissement visible des quatre coins de Las Vegas, et qui offrait une vue parfaite sur le festival de musique country "Route 91 Harvest". Vers 22h30 heure américaine, c'est depuis cet endroit qu'il a ouvert le feu sur la foule, utilisant ce qui pourrait être une arme automatique. Des images amateurs montrent la panique parmi les 22.000 spectateurs alors présents, alors que le chanteur Jason Aldean se produisait sur scène.

De longues et terribles rafales sont audibles sur ces vidéos. Entre les tirs, des gens tentent une échappée, sautant comme ils le peuvent des barrières. D'autres se couchent à plat ventre, certains protégeant de leurs corps les plus vulnérables. Un témoin interrogé par Europe 1 a indiqué qu'une partie des spectateurs s'étaient réfugiés dans un aéroport voisin. "Les gens à côté de nous étaient au téléphone avec leur nièce et leur sœur, qui avaient reçu des balles dans les jambes, et ils leur expliquaient comment faire un garrot en attendant les secours. C'était surréaliste", a-t-il raconté. 

Initialement, le shérif de Las Vegas avait déclaré que ses hommes avaient "abattu le suspect", mais les autorités croient désormais que l'homme s'est suicidé dans sa chambre d'hôtel avant l'arrivée des forces de l'ordre. L'établissement et ses abords ont été bouclés par la police pour la nuit. 

  • QUEL EST LE BILAN ? 

Au moins 59 personnes sont mortes, selon Joe Lombardo, le shérif de Las Vegas. Plus de 527 festivaliers blessés ont en outre été transportées dans les hôpitaux débordés de cette ville du Nevada, l'un des États les plus permissifs pour la vente d'armes outre-Atlantique. Le bilan, a précisé le shérif au petit matin, est provisoire. Sur les photos prises au moment du concert, on peut voir plusieurs personnes blessées, les membres ensanglantés, allongées sur le sol devant la scène. Cette fusillade est la plus meurtrière de l'histoire moderne aux États-Unis, le bilan dépassant déjà celui de la tuerie dans une discothèque d'Orlando, en juin 2016, qui avait fait 49 morts.

tueries las vegas

 

  • QUE SAIT-ON DU SUSPECT ?

Stephen Craig Paddock était un Américain blanc de 64 ans. Il résidait à Mesquite, 18.000 habitants, située à quelque 120 kilomètres de Las Vegas, toujours dans le Nevada. Selon son frère, qui a parlé à la chaîne NBC, l'homme était à la retraite, comme beaucoup d'habitants de Mesquite, et aimait se rendre au casino pour jouer. Il n'était pas connu des services de police de cette ville, ni de ceux de Las Vegas. C'était "une personne désespérée, qui voulait faire beaucoup de victimes", a indiqué le shérif Joseph Lombardo. 

Il a précisé qu'au moins seize armes à feu avaient été retrouvés par les unités d'intervention spéciales (SWAT) dans la chambre d'hôtel. Dans les heures suivant la fusillade, la police avait par ailleurs lancé un avis de recherche pour la compagne du tireur, une femme nommée Marilou Danley. Elle a finalement été localisée à l'étranger, sans précision du pays. "Nous lui avons parlé et nous ne pensons pas qu'elle soit impliquée", a déclaré le shérif Lombardo.

La police a également découvert des armes à feu, des explosifs et des milliers de munitions au domicile du tireur de Las Vegas, ont indiqué lundi les enquêteurs. "Plus de 18 armes à feu supplémentaires, des explosifs et plusieurs milliers de munitions, ainsi que des appareils électroniques que nous étudions en ce moment", a annoncé le shérif.

  • QUELLES ÉTAIENT SES MOTIVATIONS ?  

Les motivations du tueur restent floues pour le moment. Quelques heures après l'attaque, le groupe État islamique a revendiqué l'attaque, affirmant via son organe de propagande que le suspect s'était converti à l'islam il y a plusieurs mois. Mais selon des responsables du gouvernement américain, la thèse d'une implication de l'organisation djihadiste est pour l'instant exclue, les enquêteurs travaillant plutôt sur les antécédents psychiatriques du suspect.

Le FBI a également affirmé que l'auteur de la tuerie n'a pas de lien "jusqu'à présent" avec une organisation terroriste. Le shérif de Las Vegas a évoqué un "loup solitaire" et un "psychopathe", se refusant lui aussi à évoquer la piste terroriste. La CIA a également mis en garde dans un communiqué contre "des conclusions hâtives" et renvoyé à l'enquête en cours. Les différentes perquisitions et recherches menées jusqu'à présent n'ont pas permis de trouver un message du suspect pouvant expliquer son acte.