Californie : en pleine sécheresse, les riches refusent de se rationner

  • A
  • A
Californie : en pleine sécheresse, les riches refusent de se rationner
@ FREDERIC J. BROWN / AFP
Partagez sur :

GACHIS - Dans la petite commune de Rancho Santa Fe, où vivent les riches Californiens, les habitants refusent de se rationner en eau pour endiguer la sécheresse qui frappe le plus grand état américain.

Pas de solidarité. "Nous payons suffisamment d'impôts locaux, pour pouvoir légitimement consommer autant d'eau que nous le désirons". Alors qu'une sécheresse sans précédent frappe la Californie et que les grandes aires urbaines et les exploitations agricoles sont rationnées sur leur consommation d'eau depuis le mois d'avril, Steve Yuhas, l'un des résidents de la richissime commune de Rancho Santa Fe, ne voit pas pourquoi il devrait se limiter. Et il n'est pas le seul, nombre de ses voisins partagent son point de vue, comme le rapporte le Washington Post (en anglais).      

Golf perso et concert privé des Rolling Stones. Il faut dire qu'avec un revenu annuel moyen de 189.000 dollars (168.000 euros), les habitants de Rancho Santa Fe n'ont pas vraiment l'habitude de se serrer la ceinture. Parmi les propriétaires, on retrouve le golfeur Phil Mickelson, qui a installé un système d'alimentation en eau privé pour arroser son golf personnel, mais aussi le magnat de la finance Ralph Whitworth, qui a récemment déboursé deux millions de dollars (1,77 million d'euros) pour organiser un concert privé des Rolling Stones. Pas vraiment le genre de contribuable que la traditionnelle amende de 100 dollars (85 euros) pour surconsommation d'eau pourrait arrêter.     

800 euros mensuels de facture d'eau. C'est pourquoi l'Etat va bientôt mettre en place des sanctions au 1er juillet qui devraient réussir à empêcher les plus riches des citoyens californiens de continuer leur gaspillage : triplement de la facture d'eau, possibilité d'installer des limiteurs sur les réservoirs. Et si les usagers venaient encore à abuser, les autorités se réservent le droit de couper purement et simplement l'eau aux gaspilleurs. Résultat, Gay Butler, l'une des habitantes de ces résidences huppées, affirme payer une facture mensuelle de 800 dollars (711 euros). "Que sommes-nous sensés faire ? Laisser nos quatre hectares de terrain dépérir ?"

Augmentation de la consommation de 9%. "Nous n'en sommes même plus au 'vous pouvez utiliser autant d'eau que vous le désirez certains jours', nous en sommes à allouer à chacun une quantité d'eau mensuelle à ne pas dépasser", résume Jessica Parks, porte-parole du service d'eau de Santa Fe. Pourtant, au mois de mai, la consommation en eau de la commune a augmenté de 9%, quand elle devait décroître de 36% ! L'explication, rapportée par le site Gizmodo (en anglais), a de quoi faire froid dans le dos : "Jessica Parks a entendu des rumeurs affirmant que certains habitants ont ouvert leurs robinets sans interruption pour se faire des réserves".

Logique perverse chez les agriculteurs. Autre dérive observée, qui ne concerne pas le super-riches cette fois-ci, mais les agriculteurs, soulignée par le site Propublica (en anglais) : les exploitants doivent consommer l'entièreté de la réserve d'eau qui leur est allouée s'ils veulent disposer de la même quantité du précieux liquide l'année suivante. Conséquence fatale de cette logique du "consomme-la ou perd-la", un gaspillage qui, en ces temps de forte sécheresse, handicape encore un peu plus la Californie.