Brexit : les négociations "réelles" commenceront après les élections britanniques

  • A
  • A
Brexit : les négociations "réelles" commenceront après les élections britanniques
Le Parlement britannique se prononce mercredi sur des élections législatives anticipées.@ AFP
Partagez sur :

Alors que Theresa May souhaite convoquer des élections législatives anticipées, Bruxelles estime que ce scrutin ne modifierait pas le calendrier du Brexit.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, estime que le début des négociations du Brexit aura lieu après les élections anticipées du 8 juin au Royaume-Uni, proposées par la Première ministre Theresa May, a indiqué mercredi un porte-parole de l'institution.

Pas de modification de calendrier. Jean-Claude Juncker, qui s'est entretenu au téléphone mardi soir avec Theresa May, "considère que les réelles négociations politiques sur l'article 50 avec le Royaume-Uni débuteront après les élections prévues pour le 8 juin", a déclaré devant la presse Margaritis Schinas, porte-parole en chef de la Commission. Pour la Commission, ces élections inattendues ne modifient pas le calendrier. "Les négociations devaient commencer au mois de juin de toute façon", a assuré Margaritis Schinas.

Un mandat pour les "27" adopté fin mai. Dans son calendrier, la Commission prévoit de présenter début mai son projet de "recommandation" aux Etats membres sur le mandat des négociateurs de l'UE, menés par le Français Michel Barnier. Ce mandat devrait ensuite être officiellement adopté le 22 mai par les ministres des 27 lors d'un Conseil des Affaires générales, en même temps que les "directives" des 27 pour les négociations avec le Royaume-Uni. Ces "directives" seront plus détaillées que les "orientations" de négociations, déjà proposées par le président du Conseil européen Donald Tusk, qui doivent être adoptées lors d'un sommet européen le 29 avril à Bruxelles.

"Pas son mot à dire dans la relocalisation des agences" bancaires. Le porte-parole de l'exécutif européen a par ailleurs exclu que Londres ait une influence sur le sort des deux agences européennes actuellement situées sur le territoire britannique, à savoir l'Autorité bancaire européenne et l'Agence européenne des médicaments. "Les agences de l'UE doivent être basées sur le territoire de l'UE. La décision concernant l'ABE et l'AEM ne fait pas partie des négociations du Brexit, c'est une conséquence du Brexit", a affirmé Margaritis Schinas. "Le Royaume-Uni n'aura pas son mot à dire dans la relocalisation des agences", a-t-il poursuivi.