Brexit : les marchés financiers au seuil de la panique

  • A
  • A
Brexit : les marchés financiers au seuil de la panique
A la bourse de Tokyo vendredi.@ KAZUHIRO NOGI / AFP
Partagez sur :

Alors que le camp du "out" fait la course en tête dans les résultats partiels, la livre britannique a atteint son plus bas depuis 1985.

La livre britannique qui tombe au plus bas depuis 1985, le yen qui s'envole, les Bourses qui chutent : les marchés financiers en Asie scrutaient avec angoisse vendredi le dépouillement du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne.

Jeudi soir, tout va bien. Dans un premier temps, le vent semblait tourner vers la victoire des partisans du maintien et les investisseurs avaient le sourire au moment de la fermeture des bureaux de vote du pays jeudi soir, la livre sterling s'envolant au-dessus de 1,50 dollar. Un peu plus tôt, Wall Street avait fini en nette hausse, tout comme auparavant la Bourse de Londres et les autres places européennes.

Vendredi matin, la livre s'effondre. Mais volte-face dans la matinée à Tokyo, alors que les urnes livraient leur verdict, avec des résultats plus favorables que prévus au Brexit. Le vote pour une sortie de l'Union européenne était en tête avec 51.7 % des voix après dépouillement dans 200 des 382 centres du pays, selon le décompte officiel. La réaction des marchés a été immédiate : la monnaie britannique, qui est retombée d'abord sous 1,45 dollar, puis 1,40, a poursuivi sa chute à 1,33 dollar, au plus bas depuis 1985. Elle baissait aussi face à l'euro qui s'élevait jusqu'à 81,96 pence, contre 76,02 quelques heures plus tôt.

A Tokyo, chute de plus de 6%. Parallèlement, le yen, valeur refuge, flambait : le dollar chutant à 99,04 yens, du jamais vu depuis novembre 2013, contre 106,84 yens auparavant, et l'euro à 109,60 yens, contre 122,01 yens. Sur le front des indices boursiers, la Bourse de Tokyo, première grande place financière à ouvrir après la fermeture des bureaux de vote, a d'abord démarré sur des gains modérés avant de soudainement changer de cap une heure plus tard, plongeant de plus de 6%. Ailleurs dans la région Asie-Pacifique, Hong Kong abandonnait plus de 3%, idem pour Sydney, Séoul lâchait plus de 2% et Shanghai 0,90%.