Brexit : en Europe, d'autres candidats au divorce

  • A
  • A
Brexit : en Europe, d'autres candidats au divorce
@ BART MAAT / ANP / AFP
Partagez sur :

Le Royaume-Uni a voté pour son retrait de l'Union européenne jeudi. Un séisme politique, qui pourrait donner des idées à d'autres pays membres.

Et si finalement le Brexit n'était que la première secousse d'un séisme politique qui pourrait ébranler pendant encore longtemps l'Union européenne ? Après la victoire du "out" dans le référendum de jeudi, plusieurs analystes partageaient le même constat : le référendum n'est pas seulement la manifestation du rapport d'amour haine qu'entretient le Royaume-Uni avec l'Europe depuis des siècles déjà. Ce scrutin est aussi le symptôme d'un mal plus profond qu'a parfaitement résumé l'ancien ministre des Affaires Etrangères Hubert Védrine sur Europe 1 : "Le vrai problème en Europe, c'est le décrochage des peuples par rapport à la construction européenne." Car le cas britannique n'est pas isolé.

  • Chez eux, la question se pose

Les Pays-Bas. Après le "Brexit", aura-t-on droit au "Nexit" (N pour Netherlands, les Pays-Bas en anglais, ndlr) ? C'est en tout cas ce que promet Geert Wilders, le sulfureux leader du Parti pour la liberté, classé à l'extrême droite, s'il venait à devenir Premier ministre. Et il n'en est pas si loin, puisqu'il caracole en tête de toutes les enquêtes d'opinion. Après l'annonce de la victoire du "oui" au référendum britannique, il a donc pris la parole renforcé dans ses convictions et demandé la tenue d'un référendum sur le maintien des Pays-Bas dans l'UE : "Si je deviens Premier ministre, il y aura un référendum aux Pays-Bas. Nous voulons être en charge de notre propre pays, notre propre monnaie, nos propres frontières, et avec notre propre politique d'immigration", a-t-il souligné. Parmi les électeurs du Parti pour la liberté, 90% soutiennent une sortie de leur pays de l'UE. 

Le Danemark. C'est l'autre place forte de l'euroscepticisme dans le nord de l'Europe. Les Danois ont déjà prouvé qu'ils se méfiaient de l'Union européenne en 2015, en votant à 53% contre le renforcement de leur coopération en matière de police et de sécurité. "C'est un non net. Je respecte totalement la décision des Danois" qui "ont eu peur de perdre le contrôle" de leur destinée, avait déclaré le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen à l'époque.

La Suède. La Suède, alliée historique du Royaume-Uni au sein de l'UE, est très sensible aux résultats du Brexit. C'est du moins ce que semble indiquer un sondage, publié le 20 avril dernier, et qui affirme que 36% des Suédois voudraient quitter l'UE en cas de Brexit contre 32% partisans d'un maintien.

  • Ils soufflent le chaud et le froid

La République tchèque. Bohuslav Sobotka, le Premier ministre tchèque, n'a pas peur des contradictions. Mieux, il en fait une arme politique efficace pour peser en Europe. Peu après la signature d'un accord entre le Conseil européen et le Royaume-Uni sur des concessions en cas de maintien dans l'UE en février dernier, il avait déclaré : "Si la Grande-Bretagne quitte l'UE, un débat sur le retrait de la République tchèque sera à attendre dans quelques années. L'impact risque d'être vraiment énorme", a-t-il insisté, avant de mettre en garde contre les conséquences économiques et sécuritaires d'un éventuel retrait de son propre pays. Dix jours plus tard, il écrivait pourtant au journal Euractiv : "Nous ne pouvons sous-estimer les dangers qu’engendreraient une sortie du Royaume-Uni de l’UE  une vague de mouvement nationaliste et séparatiste partout en Europe. Je dois insister encore une fois : toute suggestion que la République tchèque pourrait quitter l’UE est infondée et dangereuse."

La Finlande. Autre pays nordique concerné : la Finlande. Si Helsinki n'a jamais agité directement la menace d'une sortie de l'UE, le gouvernement a déjà envisagé une sortie de la zone euro en pleine crise de la monnaie unique en 2012. A l'époque, la BCE envisageait d'autoriser l'achat d'obligations par le Mécanisme Européen de Stabilité Financière. Une proposition pas vraiment du goût de la ministre des Finances Jutta Urapilainen : "La Finlande ne s'accrochera pas à l'euro à n'importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie unique."

  • Et en France ?

Selon un sondage paru en février 2016, 53% des Français souhaiteraient être consultés par référendum sur le maintien du pays dans l'UE. Un chiffre significatif quand on sait que de nombreux partis, à la droite de la droite (FN, Debout la France) ou à gauche de la gauche (Front de Gauche) prônent a minima une sortie de l'euro. Ou une sortie complète de l'UE, comme le souhaite Marine Le Pen.