Brésil : veillée funèbre pour l'épouse de Lula

  • A
  • A
Brésil : veillée funèbre pour l'épouse de Lula
Des centaines de sympathisants de Lula ont assisté à la veillée funèbre de son épouse.@ NELSON ALMEIDA / AFP
Partagez sur :

Des centaines de sympathisants de l'ancien président brésilien Lula ont assisté samedi à la veillée funèbre de son épouse, morte jeudi d'un AVC.

L'ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a participé samedi à une veillée funèbre pour son épouse Marisa Leticia au siège du syndicat des métallurgistes à Sao Paulo, en compagnie de centaines de sympathisants et de responsables de la gauche brésilienne. Le cercueil de l'ex-Première dame a été transporté au syndicat des métallurgistes de Sao Bernardo do Campo, là où l'ex-président et son épouse s'étaient rencontrés il y a quarante ans, et placé sous une grande photographie en noir et blanc du couple, souriant, en train de s'embrasser. 

Des centaines de sympathisants.Marisa Leticia Rocco est décédée jeudi à l'âge de 66 ans des suites d'un accident vasculaire cérébral à l'hôpital syro-libanais de Sao Paulo. Elle était hospitalisée depuis le 24 janvier. Marisa Leticia Rocco avait épousé Lula en 1974, alors qu'il était encore dirigeant syndical. Ils ont eu ensemble trois enfants. Depuis les premières heures de la matinée, des centaines de sympathisants, dont une majorité portant le T-shirt rouge du Parti des Travailleurs de Lula, ont afflué au siège du syndicat. La dépouille de l'ancienne Première dame devait être incinérée en fin d'après-midi en la seule présence de la famille.



L'épouse de Lula aussi visée par le scandale Petrobas. Des responsables du Parti des Travailleurs ont dénoncé à cette occasion les poursuites judiciaires engagées contre Lula dans le cadre du scandale de corruption autour du géant brésilien Petrobras, estimant qu'il s'agissait de persécutions à caractère politique destinées à l'empêcher de briguer un nouveau mandat à l'élection présidentielle de 2018. L'épouse de Lula était visée dans un volet de l'enquête, lié à un appartement sur le littoral de Sao Paulo appartenant officiellement au groupe de construction OAS, impliqué dans le scandale de Petrobras. Les enquêteurs soupçonnent qu'il a été en réalité offert par cette entreprise à l'ancien couple présidentiel.