Auditions à haut risque pour Trump au Congrès américain

  • A
  • A
Auditions à haut risque pour Trump au Congrès américain
Quatre hauts responsables de l'appareil de sécurité américain ouvriront le bal mercredi devant la commission du Renseignement du Sénat.@ NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

Une nouvelle audition est organisée sur les ingérences russes aux États-Unis, avant le témoignage-clé jeudi de l'ancien directeur du FBI James Comey.

Les projecteurs seront braqués mercredi sur le Congrès où une nouvelle audition est organisée sur les ingérences russes aux États-Unis, avant le témoignage-clé jeudi de l'ancien directeur du FBI James Comey, appelé à éclaircir les circonstances de son limogeage par Donald Trump. 

Quatre hauts responsables entendus. Quatre hauts responsables de l'appareil de sécurité américain ouvriront le bal mercredi matin (15h en France) devant la commission du Renseignement du Sénat : les directeurs du Renseignement Dan Coats, de l'agence d'espionnage NSA Mike Rogers et du FBI par intérim Andrew McCabe, ainsi que Rod Rosenstein, numéro deux du département de la Justice. L'audition sera publique.

Des pressions de Trump ? Il n'est pas certain que tous puissent ou souhaitent commenter une affaire aussi sensible et partiellement classifiée. Mais Dan Coats et Mike Rogers seront interrogés en particulier sur des pressions personnelles qu'aurait exercées sur eux Donald Trump. Selon le Washington Post, il leur aurait demandé en mars de le défendre publiquement face aux accusations de collusion, ce qu'ils auraient refusé afin de ne pas s'ingérer publiquement dans une enquête en cours.

Un prélude à l'audition de Comey. Leur audition servira de prélude à l'événement de la semaine : la venue, jeudi matin devant les mêmes élus, de James Comey, limogé le 9 mai de la tête de la police fédérale. L'audition de James Comey, qui aura lieu dans une immense salle, sera exceptionnellement retransmise sur les chaînes généralistes ABC, CBS et NBC, en plus des chaînes d'information.

Des notes écrites par James Comey et ayant fuité dans la presse indiquent que le président a franchi une ligne rouge en lui demandant d'abandonner l'enquête sur Michael Flynn, son ex-conseiller à la sécurité nationale, ce qui ressemblerait à une tentative d'entrave de la justice, un délit qui, selon des élus, justifierait l'ouverture d'une procédure de destitution.