Attentat de Berlin : pétition en Allemagne pour honorer le chauffeur polonais

  • A
  • A
Attentat de Berlin : pétition en Allemagne pour honorer le chauffeur polonais
Selon des médias, le conducteur a pu être kidnappé et forcé de conduire le camion vers la foule.@ Tobias SCHWARZ / AFP
Partagez sur :

Plus de 33.000 personnes ont signé la pétition en ligne pour demander que le chauffeur soit décoré de la croix fédérale du Mérite, la plus haute distinction civile du pays.

Une pétition a été lancée lundi en Allemagne pour honorer à titre posthume le chauffeur polonais dont l'intervention aurait sauvé des vies lors de l'attentat au camion-bélier sur un marché de Noël à Berlin, il y a une semaine. En milieu d'après-midi, plus de 33.000 personnes avaient signé la pétition sur le site Internet Change.org, demandant que Lukasz Urban se voit décerner la croix fédérale du Mérite, plus haute distinction civile du pays, par le chef de l'État allemand Joachim Gauck.

"Comportement héroïque". Parallèlement, le député du parti d'opposition les Verts Omid Nouripour a appelé le chef de la diplomatie Walter Steinmeier à honorer la victime à titre posthume pour son "comportement héroïque". La police avait retrouvé le chauffeur mort, tué par balle, sur le siège passager de son camion, utilisé dans l'attentat du 19 décembre, qui a fait douze morts et une cinquantaine de blessés.

Selon des médias, le conducteur a pu être kidnappé et forcé de conduire le camion vers la foule avant de se débattre et d'être tué. Ou alors, tenu en respect par une arme sur le siège passager, il a tenté de prendre le contrôle du véhicule et forcé celui-ci à quitter sa trajectoire mortelle.  "Grâce à cet acte héroïque, il a probablement sauvé la vie de beaucoup de personnes (...) Il mérite pour sa bravoure la plus haute distinction allemande", affirme le texte de la pétition.

Quatre jours de chasse à l'homme. L'auteur présumé de l'attentat, le Tunisien Anis A., qui avait pris la fuite après le carnage, a été abattu dans la nuit de jeudi à vendredi au cours d'un contrôle de police "par hasard" à Milan, dans le nord de l'Italie, après quatre jours de chasse à l'homme à travers l'Europe.