"Attaque chimique" en Syrie : le renseignement français incrimine Damas

  • A
  • A
"Attaque chimique" en Syrie : le renseignement français incrimine Damas
L'attaque perpétrée le 4 avril contre la localité de Khan Cheikhoun, en zone rebelle, a fait 87 morts, dont 31 enfants.@ MOHAMED AL-BAKOUR / AFP
Partagez sur :

"Le recours au sarin ne fait aucun doute. La responsabilité du régime syrien ne fait pas de doute non plus", a déclaré Jean-Marc Ayrault.

Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a présenté mercredi un rapport des services de renseignement français incriminant le régime de Damas dans l'attaque au gaz sarin contre la localité de Khan Cheikhoun (nord-ouest) le 4 avril, qui a fait 87 morts.

Signature du régime. "Le recours au sarin ne fait aucun doute. La responsabilité du régime syrien ne fait pas de doute non plus, compte tenu du procédé de fabrication du sarin utilisé", a déclaré Jean-Marc Ayrault à l'issue d'un Conseil de Défense, au cours duquel il a présenté ce rapport des services de renseignement français. Ce rapport, effectué sur la base de prélèvements et d'analyses effectués par les services français, permet d'établir, "de source certaine, que le procédé de fabrication du sarin prélevé est typique de la méthode développée dans les laboratoires syriens. Cette méthode porte la signature du régime et c'est ce qui nous permet d'établir sa responsabilité dans cette attaque", a déclaré Jean-Marc Ayrault.

87 morts dont 31 enfants.L'attaque perpétrée le 4 avril contre la localité de Khan Cheikhoun, en zone rebelle, a fait 87 morts, dont 31 enfants, et a entraîné des frappes de représailles américaines le 7 avril sur une base aérienne du régime de Damas. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avait conclu le 19 avril que l'utilisation de sarin dans l'attaque de Khan Cheikhoun était "irréfutable". Les Etats-Unis, le Royaume Uni, la Turquie et la France sont parvenus aux mêmes conclusions.

Paris incrimine le régime. Mais Paris, qui a transmis son rapport à ses partenaires, conclut à la responsabilité du régime en s'appuyant sur le mode de fabrication du gaz sarin utilisé, et en le comparant avec des prélèvements d'une attaque de 2013 imputée au régime à Saraqeb (nord-ouest). La France avait récupéré une munition non explosée après cette attaque et en avait analysé le contenu, explique une source diplomatique.

Même sarin qu'en 2013. "Nous sommes en mesure de confirmer que le sarin employé le 4 avril est le même sarin que celui qui a été employé dans une attaque intervenue à Saraqeb le 29 avril 2013", a déclaré Jean-Marc Ayrault. Dans les deux cas, de l'hexamine, un stabilisant, a été retrouvé. "Ce procédé de fabrication est celui développé par le CERS au profit du régime syrien", indique le résumé du rapport, contenant des éléments déclassifiés.

Sanctions contre 271 scientifiques. Le Centre de recherches et d'études scientifiques de Syrie (CERS) est dans le viseur des pays occidentaux qui accusent Damas de ne pas avoir totalement démantelé son arsenal chimique, comme il y est contraint depuis un accord russo-américain en 2013. Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a estimé vendredi qu'il n'y avait "pas de doute" que le régime avait conservé des armes chimiques. Les Etats-Unis ont annoncé lundi des sanctions contre 271 scientifiques du CERS.