Arrestation en Allemagne d'un proche présumé d'Abaaoud

  • A
  • A
Arrestation en Allemagne d'un proche présumé d'Abaaoud
Un policier allemand. Image d'illustration.@ Monika Skolimowska / dpa / AFP
Partagez sur :

Il est suspecté d'avoir servi d'informateur sur la route des Balkans à Abdelhamid Abaaoud.

Un Algérien de 20 ans, présenté comme un proche d'Abdelhamid Abaaoud et soupçonné d'avoir fait partie de l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), a été interpellé en Allemagne, a indiqué le parquet fédéral.

En reconnaissance sur la route des Balkans. Selon un communiqué de cette instance, l'homme, présenté comme "Bilal C.", a quitté "fin septembre 2014" l'Algérie pour se rendre via la Turquie en Syrie. Sur place, "au plus tard en décembre 2014", il a rejoint les rangs de l'EI pour y suivre "une formation au combat et au maniement des armes".

En juin 2015, Abdelhamid Abaaoud, considéré comme l'organisateur des attentats qui ont fait 130 morts en novembre dernier à Paris, l'a chargé de partir en reconnaissance "sur la route des Balkans", alors principal itinéraire emprunté par des centaines de milliers de réfugiés pour gagner l'Europe, avec un intérêt appuyé pour "les contrôles frontaliers et les possibilités de passages aux frontières", selon le parquet allemand.
Le suspect a ainsi quitté la Syrie en juin 2015 pour gagner la Turquie, puis la Grèce, la Serbie, la Hongrie et enfin l'Autriche, informant tout au long de son parcours Abaaoud.

Aussi pour le terroriste du Thalys. "L'accusé a aussi tenu informé pendant son voyage vers l'Europe de l'Ouest Ayoub El Khazzani", un Marocain de 25 ans qui avait ouvert le feu avec une Kalachnikov dans un Thalys Amsterdam-Paris en août 2015, avant d'être maîtrisé par plusieurs passagers.

Bilal C. est arrivé en Allemagne en août 2015, précise le Parquet fédéral, selon lequel "il n'y a aucun élément permettant d'affirmer qu'il a été actif pour le compte de l'EI" depuis en Allemagne. Déjà incarcéré dans le cadre d'une autre affaire, il devait être présenté au juge chargé d'enquêter sur ce dossier terroriste, ajoute le Parquet.