Armes "chimiques" en Syrie : de quoi parle-t-on ?

  • A
  • A
Armes "chimiques" en Syrie : de quoi parle-t-on ?
Un homme effectue des prélèvements à Khan Cheikhoun, lieu d'une attaque chimique supposée mardi.@ Omar haj kadour / AFP
Partagez sur :

Des armes chimiques ont sans doute été utilisées mardi par le régime syrien, lors d'une attaque ayant coûté la vie à 72 civils.

De l'Iran à la France, de la Turquie aux États-Unis, du Royaume-Uni à Israël, l'indignation est totale, au lendemain de l'attaque chimique présumée qui a fait 72 morts, dont beaucoup d'enfants, mardi, à Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest de la Syrie. Le régime de Bachar al-Assad est vivement mis en cause, et ce n'est pas la première fois. Mais de quoi parle-t-on exactement lorsque l'on évoque des armes "chimiques" ? Europe1.fr fait le point sur ces armes hautement nocives et interdites par la communauté internationale.

  • Le gaz sarin

La Commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'Homme en Syrie devra déterminer quel type d'arme chimique a été utilisée dans l'attaque de mardi. Selon Médecin Sans Frontières, c'est à un gaz de type sarin que les victimes du bombardement ont été exposées. Le régime syrien a déjà été accusé d'en avoir utilisé le 21 août 2013 dans l'attaque de localités aux mains des rebelles en périphérie de Damas, ayant fait au moins 1.429 morts, dont 426 enfants, selon les États-Unis.

Le gaz sarin, indolore et invisible, a été découvert en 1938 en Allemagne. Même s'il n'est pas inhalé, un simple contact avec la peau bloque la transmission de l'influx nerveux et entraîne la mort par arrêt cardio-respiratoire. La dose létale est d'un demi-milligramme pour un adulte. Les victimes se plaignent d'abord de maux de tête violents et présentent des pupilles dilatées. Surviennent ensuite convulsions, arrêts respiratoires et coma précédant la mort. Il a été utilisé comme arme chimique lors du conflit Iran-Irak dans les années 1980, puis par la secte "Aum Vérité Suprême" dans un attentat perpétré le 20 mars 1995 dans le métro de Tokyo.

Selon un document de l'UE, consulté en mai 2015, des inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avaient également découvert des traces d'éléments entrant dans la fabrication de gaz sarin sur un site non déclaré en Syrie. Sur ce site, des indices de production de gaz VX avaient également été trouvés.

  • Le gaz VX

Cet agent neurotoxique est encore plus puissant que le sarin. Il attaque rapidement le système nerveux. Une haute dose peut tuer en quelques minutes quand elle est inhalée, dans la mesure où le gaz innervant se répand rapidement dans les vaisseaux sanguins transportant le sang dans les poumons et les autres organes vitaux.

  • Le gaz moutarde

En août 2016, des enquêteurs de l'ONU avaient accusé le groupe djihadiste État islamique (EI) d'avoir utilisé une autre arme chimique à Marea, dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, le 21 août 2015. L'arme en question, le gaz moutarde, est bien ancré dans la mémoire collective, notamment en raison des horribles lésions qu'il inflige et de la terreur qu'il inspire. Par contact, il couvre la peau de cloques très douloureuses tandis que les yeux sont irrités. Les paupières enflammées se ferment et rendent momentanément aveugle. Des hémorragies internes et externes se développent et détruisent les poumons. Les patients mettent quatre à cinq semaines à décéder d'un œdème pulmonaire. Ce gaz de combat asphyxiant a été initialement utilisé durant la Première guerre mondiale.

  • Le gaz de chlore

Enfin, en mars 2015, l'ONU a adopté une résolution condamnant l'utilisation de gaz de chlore comme arme chimique. Une mission d'enquête des Nations unies et de l'OIAC a déterminé que le régime syrien avait mené au moins trois attaques au chlore en 2014 et 2015.

Les armes chimiques interdites depuis 1993. Depuis 1993, le droit international interdit l'utilisation des armes chimiques. Si quatre pays n’ont pas signé la Convention sur l’interdiction des armes chimiques - le Soudan du Sud, l’Angola, l'Égypte et la Corée du Nord - la Syrie, elle, l'a ratifiée le 14 septembre 2013. Le pays est aussi censé avoir détruit son arsenal chimique aux termes d'un accord américano-russe en août de la même année. Mardi, l'armée syrienne a démenti "catégoriquement avoir utilisé toute substance chimique ou toxique à Khan Cheikhoun", ajoutant n'en avoir "jamais utilisé, à aucun moment, à aucun endroit et ne le fera pas dans l'avenir".