Appel à la libération d'enfants détenus dans une prison de haute sécurité congolaise

  • A
  • A
Appel à la libération d'enfants détenus dans une prison de haute sécurité congolaise
Selon HRW, une trentaine d'enfants est détenue illégalement dans cette prison militaire du nord-ouest de la République démocratique du Congo.@ © 2016 Human Rights Watch
Partagez sur :

Selon Human Rights Watch, une trentaine d'enfants sont détenus illégalement dans une prison militaire de la République démocratique du Congo.

L'organisation de défense des droits de l'Homme américaine Human Rights Watch (HRW) a appelé lundi à la libération immédiate d'une trentaine d'enfants détenus selon elle illégalement dans une prison militaire du nord-ouest de la République démocratique du Congo. Selon HRW, ces enfants appartiennent à un groupe de 262 ressortissants congolais, rwandais ou burundais accusés d'appartenir au mouvement rebelle hutu rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), arrêtés dans l'est de la RDC entre février et juin 2015.

"L'armée nationale congolaise détient illégalement au moins 29 enfants dans de rudes conditions" à la prison d'Angenga (établissement de haute sécurité coupé du monde dans une zone de forêt marécageuse dans la province de la Mongala), écrit HRW dans un communiqué. L'ONG exhorte les autorités à "libérer immédiatement les enfants et les adultes (...) qui n'ont commis aucun crime et inculper les autres de manière équitable".

Des ex-combattants ? Le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende a qualifié d'"impropre" le terme de "détention" utilisé par HRW. "Ces ex-FDLR en transit à Angenga ne sont pas en détention", a-t-il affirmé, ajoutant qu'ils étaient "dans un centre de tri". Selon lui, il s'agit d'ex-combattants qui ont "opéré dans un groupe armé hostile" à la RDC et qui sont "en route" pour leurs pays respectifs, faute d'avoir un titre de séjour régulier.

Selon HRW, "la plupart des prisonniers interrogés [à Angenga], dont 17 enfants, ont affirmé être des civils et n'avoir aucun lien avec les FDLR". "D'autres ont reconnu avoir appartenu aux FDLR mais ont affirmé avoir été démobilisés il y a des mois, voire des années, et s'être réinsérés dans la vie civile", ajoute l'ONG.

Les FDLR ont été créés en RDC par des Hutus rwandais réfugiés dans l'est de la RDC après le génocide de 1994 au Rwanda, auquel un certain nombre d'entre eux sont accusés d'avoir pris une part active. Opposés au président rwandais Paul Kagame, les FDLR sont accusés de commettre régulièrement de nombreuses violations graves des droits de l'homme en RDC, où ils ont pris racine au fil des ans.