O.J. Simpson : le couteau qui pourrait relancer l'affaire

  • A
  • A
O.J. Simpson : le couteau qui pourrait relancer l'affaire
L'ex-star du football américain, en 2013,.@ AFP
Partagez sur :

La police de Los Angeles a annoncé vendredi qu'elle examinait un couteau pouvant provenir de la demeure d'O.J. Simpson, acquitté à l'issue de son procès pour double meurtre.

L'affaire Simpson est-elle en train de connaître un nouveau rebondissement ? Vendredi, la police de Los Angeles a annoncé qu'elle examinait un couteau pouvant provenir de la maison de l'ancien champion du football américain. Il y a plus de vingt ans, O.J. Simpson avait été accusé de son ex-femme, Nicole Brown Simpson, et du restaurateur Ronald Goldman, avant d'être acquitté.

Une pièce à conviction ? "Il y a environ un mois un citoyen" a transmis à la police "un objet décrit comme un couteau" et "qui aurait été retrouvé sur la propriété" d'O.J. Simpson, "probablement pendant la démolition du site", a expliqué le capitaine Andrew Neiman, porte-parole de la police de Los Angeles, lors d'une conférence de presse. La police a en sa possession ce couteau, mais elle n'est pas encore certaine de sa possible valeur comme pièce à conviction. Elle doit encore vérifier où a été trouvé le couteau, dans quelles circonstances, ainsi que sa provenance exacte.

"Nous avons appris qu('un) officier retraité avait en sa possession un élément qui aurait été prélevé dans la propriété de Rockingham dans les années 1990" et la police, après avoir pris connaissance de cette information, l'a ensuite obtenu de lui, a détaillé le capitaine Neiman. "Ceci (pourrait représenter) une preuve" cruciale dans l'enquête non résolue sur le double meurtre "ou n'être qu'une histoire montée de toutes pièces", a fait valoir le porte-parole.

Acquitté dans le "procès du siècle". En 1994, l'ex-sportif vedette O.J. Simpson avait été inculpé de double meurtre, après l'assassinat de son ex-femme et du jeune serveur, mais il avait été acquitté en 1995 au terme d'un procès ayant passionné l'Amérique durant neuf mois, et qualifié de "procès du siècle". Deux ans plus tard, il fut cependant reconnu coupable de leur mort au civil, en 1997, par un jury qui l'a condamné à payer 33,5 millions de dollars de dommages et intérêts. Une grande partie de cette somme n'a toujours pas été versée aux familles des victimes.