Accord sur le nucléaire : quelles conséquences pour l'Iran ?

  • A
  • A
Accord sur le nucléaire : quelles conséquences pour l'Iran ?
John Kerry et le ministre des affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif. @ KEVIN LAMARQUE / POOL / AFP
Partagez sur :

LEVÉE DES SANCTIONS - L'accord nucléaire historique entre l'Iran et les grandes puissances est entré en vigueur samedi. Que signifie-t-il ? 

L'accord nucléaire historique entre l'Iran et les grandes puissances est entré en vigueur samedi, entraînant une levée des sanctions économiques qui frappaient depuis des années cette puissance régionale. Concrètement, quelles sont les conséquences pour l'Iran ? 

Le commerce avec l'Occident va reprendre. Avec cet accord historique, l'Iran va pouvoir recommencer à faire du commerce avec des entreprises occidentales. Ces dernières vont de nouveau pouvoir y investir, que ce soit dans le secteur de l'alimentaire, des transports, de l'informatique ou encore de l'automobile. Les milieux économiques se tiennent prêts depuis plusieurs mois à revenir en Iran, un pays qui dispose des quatrièmes réserves de brut au monde, et des deuxièmes de gaz. 

Une liste noire effacée. Autre conséquence directe : les avoirs financiers des sociétés pétrolières iraniennes qui étaient gelés vont leur être rendus. Des dizaines de milliards de dollars de recettes liées au pétrole vont ainsi retomber dans leurs caisses. Autre sanction levée : plus de 400 personnes inscrites sur liste noire, et donc interdites d'entrée ou d'échanger avec l'Europe et les Etats-Unis, seront libres de leurs mouvements. Téhéran et Washington ont également annoncé dans la même journée la libération de quatre Irano-américains détenus en Iran, dont le journaliste du Washington Post Jason Rezaian, en échange de sept Iraniens détenus aux Etats-Unis.

Tout n'est pas non plus permis à l'Iran. Si l'Iran a respecté ses engagements, tout ne lui pas non plus permis. L'Iran n'a toujours pas le droit de fabriquer ou d'importer des armes par exemple. La levée des sanctions est aussi étalée sur 10 ans et elles pourront être remises au goût du jour si jamais Téhéran ne respecte plus ses obligations.