Abou Hamza, l'ancien iman radical, condamné à perpétuité

  • A
  • A
Abou Hamza, l'ancien iman radical, condamné à perpétuité
Partagez sur :

L'ex-imam de la mosquée londonienne de Finsbury Park avait été reconnu coupable le 19 mai dernier par un jury new-yorkais de complot et prise d'otages.

L'INFO.  L'ancien prêcheur radical britannique Abou Hamza va finir sa vie dans une prison américaine. Ainsi en a décidé la juge Katherine Forrest, qui l'a condamné vendredi à la prison à perpétuité à New York pour onze chefs d'inculpation liés à une prise d'otages, et pour terrorisme. Abou Hamza avait été reconnu coupable le 19 mai dernier par un jury new-yorkais de complot et prise d'otages, pour avoir aidé les ravisseurs de 16 touristes occidentaux au Yémen en 1998. Quatre des otages avaient été tués lors d'une opération des forces yéménites pour les libérer. Il avait aussi été reconnu coupable d'activité terroriste en lien avec un projet en 1999 de créer un camp d'entraînement au jihad dans l'Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis, qui n'a finalement jamais vu le jour.

ZOOM - La DGSE aurait projeté d'assassiner Abou Hamza

"En toute honnêteté je maintiens mon innocence". Agé de 56 ans, borgne et amputé des deux avant-bras après une explosion accidentelle au Pakistan, l'ex-imam de la mosquée londonienne de Finsbury Park a accueilli sa condamnation avec seulement une petite moue impassible, le regard fixé sur sa table. De son vrai nom Mustafa Kamel Mustafa, l'imam d'origine égyptienne s'était défendu lui-même durant son procès, au printemps dernier. Vendredi, il n'a de nouveau montré aucun remord pour ses actes et a encore une fois plaidé son innocence, rejetant toutes les accusations contre lui. "En toute honnêteté je maintiens mon innocence", a-t-il affirmé.

RETOUR SUR - Abou Hamza a été extradé vers les USA

La juge Forrest n'a pas été convaincue, elle qui a précisé avoir longtemps hésité sur la peine à prononcer à l'encontre d'Abou Hamza, avant finalement de décider que le monde ne serait pas en sécurité si le prêcheur britannique était en liberté.