Abdeslam : "mon silence ne fait pas de moi un criminel, c'est ma défense"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le seul survivant des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre a brisé son silence et invoqué l'islam lors de son procès lundi à Bruxelles. 

Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos djihadistes qui ont attaqué Paris le 13 novembre 2015 et jugé lundi à Bruxelles dans un autre dossier, a refusé de répondre aux questions sur les faits qui lui sont reprochés, Mais il a toutefois pris la parole, dans un silence impressionnant, affirmant que ce silence ne faisait pas de lui "un criminel".

L'islam évoqué. "Mon silence ne fait pas de moi un criminel, c'est ma défense", a-t-il lancé au tribunal, avant d'évoquer Allah et à sa religion, l'islam. "C'est en mon Seigneur que je place ma confiance (...) Ce que je constate c'est que les musulmans sont jugés et traités de la pire des manières", a ajouté le Français d'origine marocaine. "Je n'ai pas peur de vous", a-t-il aussi déclaré.